Le problème des associations, et autres organismes qui organisent la solidarité, c’est que pour la plupart ils sont apolitiques. Jamais (ou presque) vous n’observerez un engagement ou une prise de parti. D’un côté ils dénonceront les effets sans ne jamais remonter à la cause.

À la fin, ils ne deviennent que l’objet de la bonne conscience du système ainsi que de bonnes structures pour individualiser l’entraide et la dissocier du collectif.

On retrouve aussi ça dans l’écologie.

@raph Tu as parfaitement résumé ma pensée à ce sujet.

Sans nier leur utilité, je regrette qu'elles soient souvent le cache-sexe d'un désengagement de l'Etat sur ses missions (de redistribution et de solidarité notamment), la voiture-balai du capitalisme néo-libéral, et la bonne conscience de certains dominants.

@raph Etant entendu que je dis cela sans nier l'engagement sincère des nombreux bénévoles qui agissent au sein de ces associations.

Le problème est que justement on peut rarement critiquer la raison d'être de ces associations, ou plutôt, le fait que notre société ait besoin qu'elles existent, sans être attaqué sur notre manque de coeur comparé à ces volontaires qui s'engagent au quotidien, eux.

Follow

@raph J'ajoute, et je m'arrête là, que même si je sais que c'est vital pour les associations, le financement par dons en grande partie défiscalisés me gêne.

Parce que cela signifie qu'un riche a plus de poids qu'un pauvre pour choisir les causes qui lui semblent importantes. Quand on met cela au regard du désengagement de l'Etat, cela revient à donner un droit de vote supérieur à ceux qui ont les moyens. Une sorte de retour du suffrage censitaire, revu et corrigé à la sauce néo-libérale.

· · Web · 2 · 3 · 7

@zerojanvier
Lire "le prix de la démocratie" de Julia Cagé qui analyse ce déséquilibre appliqué aux élections.

@tonton_mollo Je crois que je l'ai déjà dans ma pile à lire (numérique) 🙂

@zerojanvier Rien que si je le met à mon échelle. Je suis au RSA, je trouve forcément que quelques luttes méritent d’être soutenues. En admettant que ce soit la seule façon de le faire, je ne peux pas les soutenir car je n’en ai pas les moyens. Déjà ça exclut toutes les personnes qui partagent mon train de vie. C’est à dire au moins les 10% de personnes pauvres pour la France.

Je doute que dans la classe moyenne tout le monde puisse.

Bref... en effet c’est la solution qui nourrit le problème.

@raph C'est tout à fait ça.

Alors que dans une démocratie qui fonctionne, "nous, le peuple" devrions décider collectivement de l'utilisation de nos ressources communes.

Sign in to participate in the conversation
La Quadrature du Net - Mastodon - Media Fédéré

The social network of the future: No ads, no corporate surveillance, ethical design, and decentralization! Own your data with Mastodon!