Follow

Les héros de BD doivent-ils survivre à leurs créateurs? L'Obs / Dissensus a interrogé Jul et Florence Cestac nouvelobs.com/debat/20220514.O Cestac: "Est-ce qu’on aurait l’idée de faire du Picasso après la mort de Picasso, ou du Rembrandt après Rembrandt? Evidemment, non. Est-ce que quelqu’un oserait refaire des films de Charlot après la mort de Chaplin? Non plus. Alors, pourquoi ce qui est inacceptable pour la peinture ou le cinéma le serait pour la bande dessiné ?"
(abonnés)

· · Web · 3 · 6 · 4

BD: attaqué en justice, le nouvel album de Gaston Lagaffe est "suspendu". Isabelle Franquin souligne que son père ne voulait pas que son héros soit repris après lui, les éditions Dupuis estiment au contraire être propriétaires des droits patrimoniaux nouvelobs.com/topnews/20220516

@tnoisette @mmu_man Pas accès à l'article complet, mais en lisant le pouet, je trouve le choix des comparaisons assez curieux.

Je veux dire : il faudrait définir ce que seraient « un Rembrandt pas de Rembrandt », ou « un Picasso pas de Picasso », dans la mesure où il n'y a, contrairement à Gaston Lagaffe, pas de personnage à reprendre.

L'exemple du « Charlot sans Chaplin » est un peu plus parlant, dans la mesure où le concept est un peu plus compréhensible… mais on pourrait avancer que c'est ici la difficulté technique qui joue (Chaplin étant aussi le personnage à l'écran). D'ailleurs, Disney a montré avec Rogue One qu'une fois la technique au point, faire revenir un acteur mort ne choquait pas tant que ça.

Et pendant ce temps, dans le roman non-dessiné, je ne me souviens pas avoir vu quelqu'un râler à propos de Sophie Hannah reprenant Hercule Poirot, pour citer le premier exemple qui me vienne en tête. Quelques unes des meilleures aventures des Six Compagnons ont été écrites par d'autres que Paul-Jacques Bonzon (bon, quelques unes des pires aussi, certes.)

Bref, pour reprendre la même phrase, pourquoi ce qui est acceptable pour le roman non-dessiné devrait-il être gênant pour la B.D. ou pour n'importe quel autre domaine ?

(Perso, si les héros de B.D. cessaient d'être édités après la mort de leurs auteurs initiaux, je n'aurais probablement pas connu Blake et Mortimer, par exemple, donc ça me paraît plutôt pas mal qu'une œuvre puisse continuer de vivre. Mais je n'ai jamais beaucoup accroché au concept de propriété intellectuelle, donc bon.)

@elzen @tnoisette le pire c'est qu'on pond justement des IA qui reproduisent les styles des peintres…

@mmu_man @tnoisette Ou des compositeurices. Mais ça reste « reproduire le style de », ce qui est assez différent de reprendre un personnage. Si une I.A. nous ponds une « dixième symphonie de Beethoven », si fidèle qu'elle soit au style original, ça n'en fera pas la « suite des aventures du héros ou de l'héroïne » des neufs précédentes, donc il y a quelque chose d'un brin cassé dans la comparaison, de base.

Pour ce qui est des reprises de personnages par d'autres auteurices, il y a aussi pas mal d'exemples à chercher du côté du jeu vidéo, aussi. Et tiens, pour ce qui est du support audiovisuel, ç'pas le cinéma, mais on a Doctor Who : non seulement, dès qu'on vire la difficulté de changer d'acteur, la série d'origine a pu continuer sans difficulté après la mort du premier docteur, mais la seconde série a démarré après la mort des deux personnes qui avaient imaginé le concept à la base.

@tnoisette
L'argument de l'« inacceptable » me paraît décalé. La prémice est complètement fausse : nombreux sont les personnages de fiction (ou même réels) à avoir été repris au cinéma ou en littérature.

C'est rigolo de prendre Chaplin pour exemple, parce qu'il y a eu plus d'une adaptation de Charlot 😉

Et la suite de l'argument est périlleuse : il ne s'agit pas de refaire du Franquin, mais de faire du Gaston.

Je suis beaucoup plus sensible à l'argument du respect de la volonté de l'auteur.

@tnoisette sans compter qu'il ne faut pas manquer de souffle, en tant qu'auteur. Succéder à Franquin, c'est pas donné à tout le monde.

Sign in to participate in the conversation
La Quadrature du Net - Mastodon - Media Fédéré

Mamot.fr est un serveur Mastodon francophone, géré par La Quadrature du Net.