Nous devons peut-être opérer un changement progressif de mentalité du côté de nos exigences en termes d'outils numériques libres.

Gavés que nous sommes par le bric-à-brac high-tech tellement cool et si complaisamment fourni par les gafam, nous exigeons les mêmes facilités des outils libres.

C'est comme si nous exigions que les fruits bio soient d'un aussi bel aspect et aussi bon marché que ceux de l'agriculture industrielle.

Posons-nous des questions sur notre surconsommation numérique.

Follow

@goofy : ça me semble complètement con comme réflexion. Cela revient à dire qu'il y'a une corrélation directe entre utilisabilité et non-liberté. Si c'est le cas, ce serait un aveu d'échec total du libre.

Je pense au contraire qu'il faut travailler pour rendre les solutions libres beaucoup plus attractives, pas se convaincre que les gens sont tous bêtes de vouloir utiliser un outil beau et facile alors que Emacs, c'est libre.

@ploum @goofy La corrélation est indirecte : les logiciels privateurs ont une stratégie marketing et le financement qui va avec. En conséquence : une utilisabilité plus élevée car les éditeurs ont les moyens d'embaucher des ergonomes. Le libre a des lacunes de ce côté, c'est connu et reconnu (avec quelques exceptions). Une analogie n'est jamais parfaite, mais celle-ci (alimentation bio / logiciel libre) est pas trop mal je trouve.

@yann @goofy : les programmeurs peuvent coûter bien plus cher qu'un ergonome/designer. Pourtant, le libre n'en manque pas.

Sign in to participate in the conversation
La Quadrature du Net - Mastodon - Media Fédéré

The social network of the future: No ads, no corporate surveillance, ethical design, and decentralization! Own your data with Mastodon!