@ploum J'ai peur de la haine, du corrompu et du loup de wall street. Il ne me reste guère le choix...

@ploum Jme confie.. Sans doute le moins pire parmis ces 4 choix pour moi, ce serait clairement le dernier, le plus facile à assumer, personnellement.

@ploum En fait, j'ai peur de l'état policier et du clivage riche pauvres... c'est deux choses qui me rendent triste. Les autres circonstances évoquées, je ne suis pas assez calé en la matière pour jauger :p

@ploum Les problèmes que pourrait causer à long terme l'affaiblissement ou la destruction de l'UE sont pour moi beaucoup plus graves que n'importe quelle bêtise que Macron pourrait faire au niveau économique.

@Changaco : je ne pense pas. Car l'UE ne se construira pas sans les gens et l'économie. La preuve en est le discours anti-européen qui fait recette partout. J'ai l'espoir qu'un Mélenchon écouterait et s'allierait avec un Varoufakis en Europe.

L'UE n'est qu'un bouc-émissaire, les gens ne sont pas contents parce qu'il y a du chômage (un faux problème, je le rappelle), alors ils accusent l'institution qui est régulièrement pointée du doigt par tout un tas de gens qui ont intérêt à le faire plus qu'à dire la vérité sur les causes profondes des problèmes, y compris Mélenchon. @ploum

La politique économique de Mélenchon n'est pas meilleure que l'austérité dont elle est l'opposé, la bonne voie est probablement quelque part entre ces deux extrêmes.

Mais en réalité aucune politique macroéconomique ne peut garantir le plein emploi en période d'évolution technologique rapide. La macroéconomie n'est pas une baguette magique.

@ploum

@Changaco : d'où l'intérêt de renforcer les petites structures agiles et locales mais surtout, surtout, de mettre fin à la religion du travail.

Et pour ça, y'en a vraiment aucun qui se démarque :-(

@ploum Dans une oligarchie élective il est quasiment impossible que ce genre de changement vienne d'en haut. Si le #RevenuDeBase n'est toujours pas en place ce n'est pas parce que les politiciens sont fondamentalement contre, c'est surtout parce que le soutien populaire pour cette idée n'est pas assez fort. La valeur travail est fortement ancrée dans l'esprit des français, et beaucoup voient dans le RdB une remise en cause de cette valeur.

@Changaco : il faut continuer l'éducation populaire ;-)

@ploum Oui. Ça fait des années que je participe à l'effort d'éducation. Je vais même animer un « café politique » sur le revenu de base ce soir alors que l'oral n'est pas du tout mon exercice préféré (heureusement Baptiste Mylondo sera là pour compenser).

@Changaco @ploum cool :) bon courage ! Et tu feras une mention du rdb en création monétaire ou pas ?

@CaroleFabre Je ne sais pas, peut-être que la discussion nous amènera à évoquer ce sujet, peut-être pas. @ploum

@Changaco @ploum ok mais ça serait bien juste de l'évoquer au moins, et envoie mon bonjour à Baptiste ! :)

@Changaco on était sur une table ronde ensemble au mois d'août l'année dernière avec deux opposants au RDB, c'était très drôle :)

@Changaco @ploum

La bonne politique économie est en tout cas contra-cyclique: en période faste, on met de côté, en récession, on injecte. C'est la conjoncture qui permet d'évaluer la pertinence d'une politique. Le fantasme des lois stables est une plaie.

Par ailleurs, l'évolution technologique rapide est en soi une politique de développement. Ce n'est pas neutre. Les vouloir neutre permet de présenter comme fatales les régressions en matière de protection sociale.

@SamSaramyak Permettez moi de douter de cet adage keynésien, et encore plus de la façon dont il est interprété par certains. @ploum

@Changaco @ploum

N'être que interventionniste ou n'être que austéritaire, c'est idiot.
La bonne voie est en effet une application mesurée des deux.

Et "quelque part entre ces deux extrêmes", ce n'est pas au milieux du mélange des deux.
En fonction de tel cas, tel investissement. En fonction de cet autre, tel économie.
On reste dans des contre-cycles. Plus finement que les explications grossières en Fac, mais contra-cyclique pourtant.

@Changaco @ploum

(Avant d'être considéré comme keynésien, ce principe était issu de la paysannerie.
Ce n'est pas un argument, mais ça enlève l'étiquette qui exclu ou inclu sans réflexion en fonction des obédiences.)

Il s'agissait surtout de pointer l'ineptie des règles figées en matière d'économie.
Telles que le seuil des 3% de déficit public, 60% de dette publique, inscrits dans les traités de l'UE.

@ploum @Changaco
Un faux problème, le chômage ?
Si on fait un tout petit pas de côté pour s'écarter d'une vision de la société strictement comptable, on peut quand même constater que c'est un vrai problème pour pas mal de monde.

@Changaco @ploum
Ouopf, préserver l'emploi. Perso, je me passerais bien d'un taf. Ce qui pose aujourd'hui problème pour moi, ce sont les conséquences du chômage.

Enfin LA conséquence. La misère. Dans mon monde idéal, l'on peut chômer sans être un miséreux. Et je suis sûr que c'est possible.

@Changaco @superdragon : le chomage n'est pas un problème, c'est un synptome. Vouloir le régler, c'est mettre de la crème sur des bouttons provoqués par une allergie alimentaire.

@Changaco @ploum
Je comprends ce que tu veux dire, mais encore une fois ne pas oublier le petit pas de côté, ou de prendre un peu moins de hauteur, pour ne pas négliger la souffrance quotidienne de ceux directement affectés.

Ne pas l'oublier, permet justement de garder en tête l'urgence de faire évoluer notre société qui, je vous rejoins là-dessus les gars, wouhou, ne peut plus assurer le plein emploi. En revanche une vie décente pour chacun, y'a moyen. Ou les moyens.

@ploum @Changaco @superdragon

Le chômage est aussi un paramètre dans les mécanismes de stabilisation de l'inflation.

Les capitaux financiers s’accommodent très bien d'un taux de chômage à 10%.

fr.wikipedia.org/wiki/Taux_de_

@SamSaramyak Le chômage n'est qu'un facteur parmi d'autres, et pas forcément le plus important à notre époque. Par exemple l'instauration d'un revenu de base pourrait théoriquement pousser les salaires et l'inflation à la hausse sans diminuer fortement le « chômage » (même si en pratique on peut espérer que ce serait le cas). @ploum @superdragon

@Changaco

Il me semble que beaucoup des critiques de l'UE la pointe du doigt avant tout pour l'incapacité dans laquelle se retrouvent ceux qui voudraient appliquer des politiques qui font sortir des seuils de déficit et d'endettement fixés par les traités.

Je lis rarement que l'UE serait en soi la cause première de nos problèmes (sauf chez les frontistes et les asseliniens). Mais plutôt qu'elle est la cause première de l'impuissance à appliquer des solutions d'envergures.

@SamSaramyak Les antilibéraux de la « France Insoumise » ne se plaignent pas que des règles sur la dette, ils vont beaucoup plus loin dans l'euroscepticisme.

J'ajoute que l'idée selon laquelle les règles de l'UE empêchent d'investir est fausse, les (vrais) investissements ne sont pas comptés dans le déficit.

Pour finir, l'État français est à ma connaissance assis sur une montagne d'épargne (livrets A, etc) qu'il pourrait mieux utiliser.

@ploum ton billet donne un ton très pessimiste, mais dans le fond il y a du vrai. On est écartelé, à la croisée de chemins que nous n'oserions prendre si les choses s'étaient déroulées normalement. Il y a quelque chose de cassé et le sentiment que l'on va détruire notre rêve européen, cette fois ci ou la prochaine, peu importe. Mais ils font tout pour, par négligence, par égoïsme, depuis toujours et nous avons laissé faire #fear

Sign in to participate in the conversation
La Quadrature du Net - Mastodon - Media Fédéré

The social network of the future: No ads, no corporate surveillance, ethical design, and decentralization! Own your data with Mastodon!