One of the best banners ever appeared

RT @nocontextfooty@twitter.com

étonnant comment les mafieux de la fifa, de l'uefa et des fédérations nationales sont capables de fustiger «les rêves hégémoniques d’une oligarchie» dès lors que leur propre hégémonie est menacée —

quand le football vit avec 150 ans de retard le passage du capitalisme anglais au capitalisme américain

— mais si naples l'emporte ce soir contre l'inter, nous serons sauvés !

footmercato.net/a2589297595348

Les arrêts de la vie. Nous massacrerons les révoltes logiques. Je m'étendais sur une paillasse. Dans le clair déluge qui sourd des prés.

Est-ce un gros mot anticapitaliste en littérature ?

«Il y a comme ça, dans le champ de la critique littéraire et de la littérature des mots lourds, que l’on s’abstient de prononcer comme si cela vous faisait sortir du champ littéraire de manière irrémédiable. (...) C’est un tort qui fait le plus souvent passer le champ littéraire pour plus bête qu’il n’est.»

sur les rapports entre poème, écologie et lutte des classes

un texte d' @ahmedslama à lire ici :

litteralutte.com/?L-agir-sans-

Jamais nous ne travaillerons, ô flots de feux ! Et point trop mécontent citoyen d'une métropole crue moderne. Une succession psychologique de coupes, de frises. Les castors bâtirent.

Ils sont dans le midi. L'aube d'or et la soirée frissonnante trouvent notre brick au large. Ô maintenant, nous si digne de ces tortures ! Suivant les aspirations du moment.

L’utopie n’est pas la fuite vers l’irréel, c’est l’exploration des possibilités objectives du réel et la lutte pour leur concrétisation.

Ernst Bloch

Et point trop mécontent citoyen d'une métropole crue moderne. Seule vue d'aurore, cette fois. Sultanes, princesses de démarche et de costumes tyranniques. Par les escaliers et les fauteuils de rocs.

À la fin du mois, la fin du triptyque de @pierlampas !

(Où l'on aperçoit Maïakovski avec un gilet jaune sur le dos.)

Homme, libre penseur ! te crois-tu seul pensant
Dans ce monde où la vie éclate en toute chose ?
Des forces que tu tiens ta liberté dispose,
Mais de tous tes conseils l’univers est absent.

Respecte dans la bête un esprit agissant :
Chaque fleur est une âme à la Nature éclose ;
Un mystère d’amour dans le métal repose ;
« Tout est sensible ! » Et tout sur ton être est puissant.

[...]

Gérard de Nerval, Les chimères

Je me souviens des heures d'argent et de soleil vers les fleuves. Attache-toi à nous avec ta voix impossible, ta voix ! Suivant le pas des promeneurs aux lanternes et aux feuilles. Soldats des forêts que le Seigneur envoie, chers corbeaux délicieux.

Pour Whitman et saint François d’Assise, qui ont déjà écrit le poème,
Pour le fait que le poème est inépuisable,
Qu’il se confond avec la somme des créatures,
Qu’il ne parviendra jamais au dernier vers
Et qu’il varie selon les hommes

Jorge Luis Borges, L'Autre, Le même

pierlampas.com/2021/04/13/pour

Ô monde ! Sous la surveillance d'une enfance, elle a été. Là-haut, les pieds dans la cascade et les ronces. Tout à la guerre, à la vengeance, à la terreur, mon esprit !

Dans le rêve où chaque époque a sous les yeux en images l’époque suivante, celle-ci apparaît mêlée à des éléments de l’histoire originaire, c’est-à-dire d’une société sans classe. Les expériences relatives à cette société, entreposées dans l’inconscient du collectif, donnent naissance, avec la compénétration du Nouveau, à l’utopie.

Walter Benjamin, Paris, capitale du XIXe siècle : le livre des passages

« La liberté n’est qu’un vain fantôme, quand une classe d’hommes peut affamer l’autre impunément. L’égalité n’est qu’un vain fantôme, quand le riche par le monopole exerce le droit de vie et de mort sur son semblable. La république n’est qu’un vain fantôme, quand la contre-révolution opère, de jour en jour, par le prix des denrées, auquel les trois quarts des citoyens ne peuvent atteindre, sans verser des larmes. »

error.re/manifeste-des-enrages

Show older
La Quadrature du Net - Mastodon - Media Fédéré

Mamot.fr est une serveur Mastodon francophone, géré par La Quadrature du Net.