RITA ou la "Revue Illustrée des Temps Amers", est un très beau "fanzine" montreuillois autour des thèmes de l'effondrement.
Un superbe travail.

(c'est le n°#00, qui date de près d'un an, commence par une BD sur une pandémie avec confinement, cela rappelle quelques souvenirs)

"Crève, mon amour" d'Ariana Harwicz.

Un monologue violent d'une femme qui vomit les injections qu'elle subit en tant que femme, en couple, que jeune mère.

D'un point de vue politique, j'ai été déçu parce que la folie de la narratrice affaiblit le discours subversif.
D'un point de vue littéraire, c'est une réussite.

Un bon roman qui pique.

Il y a des livres que l'on relit. C'est assez rare.

Il y a des livres que l'on rachète. C'est encore plus rare.

Mais il y a des livres que l'on prête sans retour, que l'on l'offre, mais que l'on veut toujours dans sa bibliothèque.
"Un appartement sur Uranus" de Paul B. Preciado fait déjà partie de ceux là.

Pas grand chose à ajouter à ce que je disais à lors de ma première lecture de cette bombe: mamot.fr/@petit/10199305567735

Le déjà très salué et couronné de succès et de prix "Petit pays" de Gaël Faye (par ailleurs très talentueux chanteur).

Gabriel, jeune garçon métis, raconte ses souvenirs d'enfance au Burundi. Une enfance dans laquelle il cherchera à se réfugier pour se protéger d'une guerre civile et d'un génocide dans le Rwanda voisin.

La vision d'un enfant qui tente désespérément de contrecarrer l'épouvantable bêtise humaine.
Bouleversant et succès mérité.

Premier roman de William S. Burroughs, "Junky" raconte à la première personne l'expérience de la drogue. Ici c'est pas joli, joli cela parle de manque, de douleur, de prison, d'arnaque, de déchéance aussi, de mort.
Subversif à l'époque (début des années 50), il est devenu un des romans/auteurs phare de la Beat Generation. Un classique un peu décevant.

Pas d'engouement pour ce premier volet "Thérapie de groupe": "L'Étoile qui danse" de Manu Larcenet. On verra la suite.

Cela reste créatif et malin mais bien trop nombriliste à mon goût…

J'ai jamais aussi peu mangé de pâtes de ma vie que depuis le 17 mars 🤔

"My absolute darling" de Gabriel Tallent.

Présenté comme un choc littéraire majeur, dans la campagne au nord de la Californie, on y suit Turtle, jeune fille de 14 ans, qui tente d'exister malgré l'emprise et les abus de son père qui "l'élève à la dure".

C'est violent et trash (pas fait pour me déplaire) mais on est loin du phénomène annoncé. Un bon roman survendu ce qui a probablement gâché mon plaisir de lecture.

"Plutôt couler en beauté que flotter sans grâce" de Corinne Morel Darleux.

L'autrice propose ses réflexions pour repenser le présent avec en ligne de mire la collapse en cours. Intéressant, sans être révolutionnaire.

🗂️ France au 21ème siècle
╚🗂️ Lutte des classes 🔥

"Israël, Palestine. Vérités sur un conflit" Par Alain Gresh.

Petit essai où l'auteur tente d'éclairer la situation au Proche-Orient loin des points de vue communautaires. Avec l'humanité en ligne de mire pour lire les faits.
Compliqué.

"Histoire des codes secrets" écrit par Simon Singh est une synthèse de l'histoire du chiffrement (et des tentatives de décryptage).

Plutôt bien foutu, ce bouquin reste pédagogiquement efficace (on peut sauter quelques passages plus pointus pour les moins motivé·es) et agréable à lire.
Si le sujet vous intéresse, ce livre est une sympathique référence.

"Hommage à la Catalogne" ou les souvenirs de Georges Orwell de sa participation à la guerre d'Espagne. Une guerre qui a vu le fascisme gagner contre la démocratie mais aussi (surtout ?) la destruction d'une révolution sociale majeure (mais qui voudrait vraiment soutenir une révolution sociale à l'époque comme aujourd'hui).

Un document exceptionnel, mais aussi une expérience personnel qui a forgé quelques convictions chez l'auteur que l'on retrouvera dans les œuvres à suivre.

"Godless utopia", sous titré "Soviet Anti-religious Propaganda".

Un des rares trucs pas trop cons du communisme russe, c'est leur aversion envers les religions (l'opium du peuple, tout ça).
Ce livre propose une anthologie de cette propagande anticléricale.

Peu lu (c'est en anglais), mais j'ai bien regardé les images. J'ai parfois bien ri.
Une amusante curiosité.

manifestement tout le monde n'est pas confiné pour le 1er mai… Respect des traditions

"Un voyage en Inde" de Gonçalvo M.Tavares

Salué comme un grand roman à sa sortie qui fut un succès, je suis resté pourtant très loin des 100 premières pages.
Loin de ce Bloom et de son voyage en Inde. La liberté formelle, les disgrétions, la poésie m'ont perdus.
L'abandon de la semaine.

"La promesse de l'aube" (rien que le titre…) de Romain Gary.
Une des ces œuvres les plus connues, entre réel et fiction, autobiographie et biographe de sa mère, Garry mélange les cartes avec malice. Comme dab.
Du très bon Gary.

(Cela m'a fait du bien même si le désespoir n'est jamais absent)

(on reparlera des moins bons côtés de Garry à l'occasion)

Show more
La Quadrature du Net - Mastodon - Media Fédéré

The social network of the future: No ads, no corporate surveillance, ethical design, and decentralization! Own your data with Mastodon!