Show newer

Ce soir, la pluie s'était arrêtée. Une occasion d'aller à vélo consulter la boîte à lettres qui est au bord de la grand'route.
Il y avait du . C'était beau.

Voilà, j'ai monté le lave-linge dans le wagon (oui, c'est un wagon). Tiré un prolong depuis la maison pour l'électricité.
1 : mon château d'eau (de pluie).
2 : test du débit.
3 : raccordement.
4 : prêt.
Glouglou, brrrmm.
C'est tout bizarre d'entendre ici ce ronronnement électro-domestique.

Parenthèse surprise : derrière le tableau électrique, un morceau de l'ancienne tapisserie... et au dos, le papier journal qui a servi de sous-couche.
Avril 1987, une frise dans le ton, des fontes de caractères efficaces et la tête de Gorbatchev. Je ne comprends rien de plus mais peut-être que toi oui ?..

Show thread

Je vais entreprendre d'améliorer l' de la maison.
À part le tableau, tout a été refait à neuf par les anciens proprios mais style (photos 1-2).
Seulement la sécurité aussi est vintage : , un fusible 16A par phase (photo 3, rangée 1).
Après repérage : toute la maison (prises, lumières, plaques de cuisson) est sur une phase (et sur un fusible, et sur un câble, oui) et la machine à laver sur une autre. Le reste ne sert pas.
Photo 4 : terre + neutre commun.
Pfiùù. 😰

Graminées (on dit poacées maintenant), œuillets, égopodes, campanules...
20°C, du soleil mais du vent pour embêter les taons : c'est parfait pour jardiner. Il faudrait éclaircir les carottes, repiquer le tabac, éclaircir-repiquer les betteraves et ramer les haricots.

Tiens, je ne vois plus de hanneton de la Saint Jean. Phyllopertha horticola a accepté de le remplacer au pied levé. Aux pattes levées. Bref, vous avez compris.
Nous, on a fait de la musique et dansé autour du feu.
"En levant les pattes, les pieds" (sur un air connu).

Ah tiens d'ailleurs je n'avais pas mis de photos de cétoine dorée. Il y en avait partout début mai.
La larve mange du bois en décomposition, l'adulte se repaît d'étamines avec pollen. Il mange du sexe quoi.

Scrounch, broute-broute, miam.
Après les cétoines, des trichies fasciées (Trichius fasciatus) dans les fleurs. "poilu" (et merci d'être velu) et rayé, comme son nom l'indique.
Les larves, elles, mangeaient du bois pourris.

Les 12 stères de fendu et sec sont arrivés. C'est surtout du pin, en 50cm, il faudra faire avec. Pour l'heure, il s'agit d'empiler tout ça...

Extrait de notre interview d'une téphritide : "si à 5 jours t'as pas tes Ray-ban, t'as raté ta vie".
Lunettes vertes à pois rouges, il fallait oser.

Ça sort de terre : haricots mangetout, carottes, betteraves jaunes, maïs précoce, radis, pommes de terre et chanvre.
Remarque sur ce dernier : le chènevis (graines de chanvre) est souvent utilisé chez nos voisins lettons. C'est parait-il un aliment complet et équilibré. On voit ainsi dans les magasins de nombreux produits (pains surtout) avec "cannabis" écrit dessus. Ne nous y trompons pas, c'est très sage.

Tout près d'ici, Koiva (en estonien) ou Gauja (en Letton) est un joli petit fleuve sauvage à méandres et fond sableux. Sur quelques kilomètres il marque la frontière : en quelques brasses, on passe d' en .

Bon, évidemment, c'est un peu de l'art brut mais ce sera plus solide que le manche précédent.
Taillé dans du prunus padus parce qu'il y en a partout. Pour moi-même, je l'appelle désormais "bois qui pue" (d'autres l'appellent bois-puant ou pétafouère, je comprend bien pourquoi maintenant). Il était temps, c'est que l'herbe pousse vite en ce moment, il faut maintenir quelques chemins dans tout ça.

Tanches fumées.
Préparation : après de longues recherches Interner, j'ai choisi de les écailler, de couper les nageoires, enlever les branchies, ouvrir-vider-désarrêter par le dos. Une nuit avec du gros sel de Guérande et du thym. Rinçage.
3h de fumage, pas vraiment à froid (donc à manger rapidement). On m'a conseillé de fumer à l'aulne. Pas compris ce fumoir, fallait-il vraiment ajouter des copeaux sur les pierres ?
Résultat : bonne consistance, délicieuse odeur, très goûtu mais trop salé.

Tagada, tagada, voilà les Dalton.
Des punaises des bois à rayures (Graphosoma italicum) décorent (et sirotent) les plantes un peu partout.
Elles n'ont pas choisi le camouflage, la stratégie c'est : "voyez, je suis tellement mauvaise à manger que je peux me permettre de m'habiller flashy".

Aujourd'hui je cherchais de quoi faire un manche de bêche mais je n'y voyais rien dans le fouillis des branches. Du coup, j'ai rangé la forêt.
Juste derrière la maison, c'est une belle futaie de grands ormes et un peu plus loin, un taillis d'aulnes.
Entre les arbres, j'ai coupé les Prunus padus et laissé les noisetiers et groseilliers.
Ah ! on y voit plus clair...

Eh bien ça peut être joli une colonie de : le plantain moyen (Plantago media) fleurit rose. Comme le grand et le lancéolé, ses jeunes feuilles se mangent en salades (goût champignon), les vieilles en soupe. Source de protéines et vitamine C [Couplan & Styner, Plantes sauvages comestibles et toxiques, delachaux et niestlé - 1994].
Feuille épluchée (enlever la "peau" du dessous) pour désinfecter et cicatriser une coupure ou à frotter sur une piqûre d'insecte.

Les fleurs jaunes se succèdent pour couvrir la prairie, de plus en plus hautes : après les coucous (primevère officinale), les pissenlits, c'est le tour des bunias (Bunias orientalis). C'est une plante envahissante en Europe, dotée d'une très profonde racine-pivot. Elle se mange éventuellement (légume-feuille).

Show older
La Quadrature du Net - Mastodon - Media Fédéré

Mamot.fr est une serveur Mastodon francophone, géré par La Quadrature du Net.