Show more

Le fil s'est brisé et le point (3/X) reprend ailleurs.

Show thread

(13/X) C'est mon premier fil aussi long, et force est de constater que ce n'est pas une grande réussite puisqu'il s'est brisé entre les notes 2 et 3.

Show thread

(12/X) Si le logiciel libre progresse tant, c'est aussi parce qu'il est pratiqué en groupe, beaucoup de gens travaillant sur les mêmes codes. Un système d'illustrations tout à fait libre devrait aussi permettre de travailler collectivement.

Voila. Encore, désolé pour le côté bien trop long et brouillon de ce fil. Il y a encore bien d'autres points que j'aurais aimé aborder, mais il est déjà tard.

Show thread

(11/X) Enfin, une documentation permet à quiconque d'acquérir les bases nécessaires pour pouvoir créer et modifier une illustration issue de cette bibliothèque (voir section PPVC depuis poufpoufproduction.fr/ ).

Pour finir, j'ai conscience que cette approche de l'illustration libre est peut-être un peu radicale mais je pense qu'elle reste importante.

Show thread

(10/X) Mes illustrations pour les différents inktober publiées ici même rencontrent le même écueil. Une piste possible réside peut-être là encore, dans le formalisme et la normalisation. C'est l'idée sur laquelle se base la bibliothèque PPVC que j'ai commencé à développer pour (mais pas que). Cette bibliothèque propose un ensemble d'éléments qui vont permettre, une fois assemblés, de créer une image. Le style est volontairement simple afin d'être le plus accessible possible.

Show thread

(9/X) ... mais il est peu probable que quiconque soit en mesure de modifier une scène, d'en changer le décors ou d'y rajouter un personnage. Pour cela, il faudrait disposer des mêmes outils (mais travaillant sous logiciels libres et fournissant ces propres pinceaux, le sus-dit artiste valide ce point haut-la-main) et pouvoir imiter son style (ce qui est peu envisageable). Cette question du style est vraiment problématique et je n'ai pas vraiment de solution à cela.

Show thread

(8/X) Et là, cela devient vite compliqué. Les illustrations de David Revoy, par exemple, sont magnifiques et parfaitement réalisées, mais justement, cette maîtrise est, d'un certain côté, problématique : personne d'autre que lui ne peut modifier ces illustrations. On peut, certes, les utiliser, les recadrer, voire même en isoler certains éléments grâce aux différentes couches (et c'est déjà énorme, rien de tout cela n'est un critique, bien au contraire)...

Show thread

(7/X) Je trouve cette normalisation très utile car elle permet une utilisation facilitée de l'image (on sait à quoi on a affaire) et elle autorise également n'importe quel type de traitement par lots. Et j'adore les traitements par lots.

Ensuite, arrive la question du style. Car si l'on veut pouvoir utiliser et modifier une illustration de façon cohérente (je mets volontairement de côté les travaux de type "patchwork"), il faut pouvoir s'adapter au style proposé par celle-ci.

Show thread

(6/X) L'idée de proposer une base de données référençant des illustrations est très bonne, mais il aurait été intéressant de les normaliser par la même occasion. Je me suis amusé à le faire en regroupant dans une même bibliothèque graphique quelques illustrations noir et blanc issus d'openClipart mais normalisées sous la forme d'un chemin (path) unique noire.

github.com/PoufPoufProduction/

Show thread

(5/X) Lui seul permet d'accéder à n'importe quel élément de l'oeuvre, de l'isoler et de le modifier sans contrainte.

D'où l'importance de la qualité de la description elle-même. Les illustrations proposées par des sites que j'affectionne particulièrement comme openClipart sont très utiles. Mais je trouve que la disparité dans leur écriture est préjudiciable.

Show thread

(4/X) La plus éliminatoire étant selon moi, la résolution fixée de l'image qui en empêche tout sous-échantillonage. On peut, par exemple, être en droit de s'interroger sur les libertés offertes par une photo numérisée au format 5x5 pixels. Libre, certes, mais d'en faire quoi ? Mystère. Personnellement, je pense qu'une illustration libre ne peut être que définie dans un format DESCRIPTIF (ça aussi, je le mets en majuscule).

Show thread

(3/X) A savoir que, si l'on s'inspire de la définition du logiciel libre, il me semble évident que, pour se dire (tout à fait) libre, une illustration doit être MODIFIABLE à loisir (je le mets en majuscule, du coup). Les conséquences à ce principe sont nombreuses. Tout autant que les restrictions ainsi induites.

Déjà, je considère que ce principe élimine, de fait, tout format bitmap. Pour plusieurs raisons, d'ailleurs.

(2/X) Personnellement, mes maigres productions sont placées directement dans le domaine public avec la CC0. C'est nettement plus simple.

Ce qui m'intéresse plus particulièrement, c'est l'aspect technique que je trouve primordial, et pour le coup, assez peu traité en général.

Mais avant d'aborder ce côté technique, il me faut partir de ce qui est, je crois, mon principe de base.

Show thread

(1/X) Allez. Comme c'est Mardi, voici un petit fil sur mon approche toute personnelle à moi que j'ai de l' (voire même de l'illustration tout à fait libre). Je m'excuse par avance : ce fil risque d'être long, dense et décousu, et beaucoup de points ne seront que très rapidement abordés.

Déjà, je n'ai rien de spécial à dire sur l'aspect juridique et la question des licences. Tout a déjà été dit et je n'ai pas grand chose à rajouter de ce côté-ci.

Mis à part ce franc succès, il reste des choses à régler :

1. Trouver des illustrations vectorielles libres. Ca serait quand même chouette de pouvoir mettre autre chose que les miennes.

2. Les pièces des puzzles sont peut-être trop espacées. Il va certainement falloir les refaire. Toutes. Je suis tristesse.

Show thread

L'automatisation marche correctement. C'est un peu long mais c'est opérationnel. Il a quand même fallu 2 heures pour découper celui-ci, issu d'un de mes dessins faits pour l'Inktober (c'est un niveau temporaire qui ne restera probablement pas dans#jlodb, car trop lourd).

jlodb.poufpoufproduction.fr/de

Show thread


Finalement, le découpage d'images n'était pas si difficile que cela. Il a suffisait de mettre ensemble différents éléments :
1. Une extension trouvée sur le net permettant les opérations booléennes multi-objets.
2. L'utilisation d'inkscape en ligne de commande avec l'option -verb. Je ne connaissais pas trop mais c'est vraiment très bien.
3. Un script shell fait maison, basique mais efficace.

Voici donc le premier puzzle réalisé :

jlodb.poufpoufproduction.fr/de

Show thread

- jour d'après.
Voici venir la phase 2 dont le but est simple : automatiser le découpage d'images vectorielles en pièces de puzzles.
L'opération booléenne d'intersection va être très utile mais à part ça, je n'ai aucune idée comment procéder : extension en python ou script shell avec utilisation du logiciel en ligne de commandes... Si quelqu'un a une idée...

Show thread
Show more
La Quadrature du Net - Mastodon - Media Fédéré

The social network of the future: No ads, no corporate surveillance, ethical design, and decentralization! Own your data with Mastodon!