Follow

Je sens que je vais m'attirer quelques contradicteurs assez convaincus mais il fallait que ça sorte à un moment :

n.survol.fr/n/ca-ne-fonctionne

@edasfr Dans le cas d’une coop (une vraie), ça s’applique pas du coup ?

@breizh sauf erreur une coop tout le monde est actionnaire (donc pas de problème) et une scop il n'y a pas de capital monayable (donc pas de problème non plus).

Il y a d'autres enjeux (ton effort vs ceux du collègue) mais pas les mêmes

@edasfr @breizh

Vive les \o/
sinon j'ai lu l'article et rien à redire... On peut éventuellement modéré son salaire pour un intérêt professionnel (techno manquante sur le cv, ou gagner de l'XP en général), mais bon ça reste du court terme.

@edasfr @breizh : tous les salariés ne sont pas forcément actionnaires en SCOP. Par contre les parts sociales ne se valorisent pas et ne sont pas vendables (on peut juste demander un remboursement à l'entreprise) => on évite la rémunération extrêmement opaque liée à la valorisation d'une entreprise classique.

Les points que tu mets en avant sont très connus dans les milieux des SCOPs, mais ils sont exprimés de façon très clairs et très concrets. Merci pour cet article !

@edasfr "le sala­rié reste un pres­ta­taire. Il vend son temps, ses compé­tences et sa force de travail en échange d’une rému­né­ra­tion"

Je crois que vous avez mis le doigt sur l'essentiel, trop souvent oublié.

@edasfr Merci beaucoup pour cet article, clair, précis, concis, il est facile à partager pour rappeler la situation qu'on a très vite tendance à oublier quand on nous parle d'engagement dans une boite ! 🤗

@edasfr

Hello,

Je suis d’accord avec toi sur le fond, tu as parfaitement raison. Pourtant parfois on tombe (et c’est une sacré exception) sur des patrons/actionnaires « humain ».

Je loue ma force de travail IT depuis plus de 10 ans pour une ex-startup… J’ai monté tout le SI tout seul, d’abord avec des bouts de ficelles, puis avec du temps supplémentaire…

Et un jour je suis tombé gravement malade… Tellement malade que je suis maintenant handicapé à 80%.

Pendant 2 ans j’ai été loin de l’entreprise. Bien sûr celle-ci a engagé quelqu’un « pour prendre la suite ».

Mais voilà, ils m’ont gardé. Je bosse 8 heures par semaine, quand je veux, quand je peux… Mon boulot n’a en fait aucune incidence sur l’entreprise maintenant… Mais parce que j’ai essuyé les coups dur, parce que j’ai fait des efforts pour que « ça fonctionne », la direction a décidé (elle y trouve sont avantage, je ne suis pas dupe) de me garder, coûte que coûte.

Retrouver un autre taf dans l’IT avec mes conditions de travail, c’est juste illusoire. Alors même si la finalité de l’entreprise va à l’encontre de mes convictions personnelles… Je reste dans ma bulle de confort.

@LovisIX @edasfr Ton cas est particulier, et je pense que tu es effectivement dans une des rares boîtes où le retour d’ascenseur a fonctionné. C’est extrêmement rare que ça aille dans ce sens généralement :(

@LovisIX @edasfr Et il faut aussi considérer le cas probable. Il est BEAUCOUP plus probable que la boîte aille mal et donc que les salariés doivent faire des sacrifices que l’inverse. Et même en terme de compensation, les efforts consentis en retour par la boîte en cas de coup dur sont souvent bien plus faibles et ponctuels que dans le sens aller.

@LovisIX @edasfr Typiquement dans les cas cités, on parle en dizaines voire centaines de milliers d’euro d’efforts de la part des salariés. Les compensations venant de la boîte, si on dépasse le millier on sera déjà très content généralement.

@aeris @edasfr

Je l’ai dis au début j’adhère à 100% au propos. Je voulais juste raconter une belle histoire dans cette océan de foutage de gueule.

@aeris En fait on n'est même pas sur les bons ordres de grandeur. Une (ex-)startup de 20 personnes qui vit et croit, ça se valorise facilement 10 à 30 millions d'euros.
C'est ça la valeur pour l'actionnaire.

@LovisIX

@edasfr @LovisIX Oui mais pour le coup je parle des choses certaines/avérées et pas des trucs prospectifs.

@aeris Yep, mais ce que je dis c'est que tu fais toi des efforts gratuit sur 10 000 euros pour que lui puisse garder 20 000 000 (je ne parle pas de valeur hypothétique mais de valeur de revente là aujourd'hui)

Et vu sous cet angle, ça fait vachement mal.

@LovisIX

@edasfr @LovisIX Yep mais faudrait pouvoir revendre à ce prix. Pas vendu pas perdu comme on dit. Ça reste très prospectif la valeur réelle d’une boîte.

@edasfr @LovisIX J’ai pas la réponse mais du coup est-ce qu’il ne faudrait pas plutôt parler de sacrifier XX.000€ pour éviter à l’employeur de perdre ce que lui a déjà investi dedans plutôt que ce qu’il pourrait réellement toucher à la fin (et toi aussi en partie) ? 🤔

@aeris Ce qui est investi est déjà perdu. L'enjeu c'est bien la revente.

@LovisIX

@edasfr C’est un peu la même chose côté salarié non ? L’enjeu reste la revente, en espérant toucher une compensation sur l’effort fournie 🤔

@aeris Ben salarié tu n'as rien à revendre justement.

@aeris Pour prendre une analogie : On demande aux salariés de construire un mur. On leur paye chaque pierre posée. Le propriétaire du mur le revend ensuite à la ville.

On ne sait pas exactement combien il peut le revendre mais on estime la valeur du bien en fonction des risques, des espoirs, et des possibilités de vente aujourd'hui.

@aeris Si les salariés font des efforts pour garder le mur droit, c'est toute la valeur du mur qu'ils sauvent.

@edasfr En tout cas en IT je vois une grosse diff quand même. Ton mur tu peux quasiment le revendre à n’importe quelle étape, au pire au poids des matériaux. Un produit qui ne marche pas ne vaut rien ou presque.

@edasfr C’est même pour moi tout le problème de la plupart des startups. Des plans sur la comète et des valeurs financières complètement décorelléees de la valeur réelle de ce que tu peux en tirer à l’instant T.

@aeris Non. L'exit magique dont tout le monde rêve c'est à des stades précis mais des boites ça se vend à quasiment tous les stades

@aeris C'est même le principe d'une levée de fonds ;-)

@edasfr Levée de fonds, je vois aussi ça comme des plans sur la comète et de la spéculation pour le coup 🤔

@aeris Tu revends un lot avec "ce qui existe aujourd'hui + le risque que ça se casse la gueule + l'espoir que ça fasse un truc super". C'est le total des trois qui fait la valeur.

Show newer

@edasfr C’est même la groses différence avec un prêt à l’ancienne. Ils paient aussi pour voir.

Show newer

@edasfr Par contre clairement plus le temps passe plus la différence gain - pertes s’aggrandit au profit du capital.

@edasfr

On m'a plusieurs fois proposé de travailler gratuitement pour des petites boîtes sympathiques quand j'étais au chômage, j'ai toujours répondu que je pouvais bosser sans salaire en étant rémunéré en actions à un tarif négociable, mais ça n'a bizarrement jamais été accepté...

@aeris @LovisIX

@LovisIX Mis à part un cas, les histoires que je raconte, les patrons étaient tous "humains", de bonne foi et de bonne volonté.

Je ne dis pas que les patrons sont tous les pourris. Je ne le pense pas.

En fait c'est même plus mesquin que ça. Le système fonctionne ainsi *même* avec des patrons très humains.

Au bout d'un moment ils veulent légitimement raccrocher leur tablier et revendre. Ou alors ça se passe mal et ils doivent licencier, pas le choix.

@edasfr ce qui est dit dans ce billet s'applique aussi en grande parti au secteur public, le capital y est remplacé par l'appartenance de chaque fonctionnaire à un "corps" dont certains représente un véritable capital (et pas les autres) ...

@edasfr
En fait je ne comprends pas pourquoi les sociétés de service pur sans gros capital de départ (SSII, ménage, livraison, conseil...) ne sont pas systématiquement des SCOP.
Je suis dans une SCOP où tout le monde peut devenir associé, et où les bénéfices se partagent à la fin. Par contre ça a vraiment été un acte courageux de la part des fondateurs qui ont ainsi volontairement renoncé à garder le contrôle - et le capital final.

Sign in to participate in the conversation
La Quadrature du Net - Mastodon - Media Fédéré

Mamot.fr est une serveur Mastodon francophone, géré par La Quadrature du Net.