Show newer

L’HEURE DES LEURRES

je me suis encore perdu

chaque nuit je me perds et pars à la dérive
chaque nuit j’emprunte des routes qui s’ingénient à me leurrer
chaque nuit je pars à ta rencontre mais je ne te rejoins jamais

ce n'est pas une vie mon amour ce n’est que l’envers d’une vie
ce n’est pas un amour ma chimère ce n’est qu’un silence à couvrir
et ce n’est pas la nuit non plus
ce n’est qu’un peu de terre sur les yeux

Je lui dois mes plus belles découvertes musicales de ces deux dernières années : merci à Jehnny Beth et longue vie à Echoes…

arte.tv/fr/videos/RC-018561/ec

Depuis quelques ours, quelque chose ne va plus. Mes écrits sont parsemés d'un argon incompréhensible, de mots incongrus qui semblent aillir à mon insu, qui s’aoutent à ma prose au point d’en détourner le sens. Ceci dit, à bien y réfléchir, sont-ce vraiment des aouts ?

’ai plutôt l’impression d’un manque. Mais un manque de quoi ?

On me dit que ce qui ne me tue pas me rend plus fort. Possible, il faut voir. Ce qui est certain en revanche, c’est que ce qui me tue me rend plus mort.

METS-L’Y, METS L’EAU !

émilèmèmalaméli
mèlémilamélilèmè
amélimilémilamal
élémilamolilèma

DVD (échappé d’un tiroir sans fond)

EN ROUTE

tu n’iras pas bien loin
avec tes valises trop pleines
avec l’oiseau de tes frayeurs perché sur ton épaule
et tous ces souvenirs déchus qui ferment ton horizon
tu iras où tu peux
avec ce que tu as sans ce que tu n’as pas
qu’importe la destination tu iras où tu vas
ce sera toujours mieux que de rester planté
dans le terreau qui t’a vu naître et végéter
naître sans être tout à fait
naître et te croire mort

DVD, 4 mars 2021.

O

toutes les fleurs s’ouvrent en même temps
toutes les bouches en même temps crachent l’enfer
en même temps tous les cercles se referment sur nous

nous
que sommes-nous
qui tremble en nous
qui nous ressemble et qui nous pleure ?

DVD

(Erratum : ce n'est pas le 21 janvier 2021, ni le 21 janvier 2026, mais le 26 janvier 2021 que ce texte a été écrit.)

Show thread

IL Y A

il y a ce fragment de tissu que tu lisses distraitement
il y a cette vieille rengaine qui s’échappe de tes lèvres
il y a cette pluie sèche au goût de sable ou de cendre
il y a ces mots précieux que l’usage n’a pas retenus
personne
il n’y a personne
dans la chambre personne
à la fenêtre personne
dans le son de ta voix sur l’écran de tes yeux
personne

DVD, 21 janvier 2021.

PEUT-ÊTRE SÛREMENT

voilà que peut-être je vous rencontre
voilà que vous me rencontrez sûrement par hasard
ou peut-être que non
voilà qu’une conversation s’engage
mais de quoi parlons-nous
sûrement de choses et d’autres
peut-être d’une seule chose

toujours est-il qu’au moment de nous séparer
au moment de la dé-rencontre
peut-être
sûrement
ne sommes-nous plus tout à fait les mêmes

LE BUREAU DES OUBLIS

Qu’advient-il de nos pas dans la neige
des âmes perdues que personne ne réclame
des êtres et des choses qui sortent du cadre
de l’air que nous ne respirons plus
des chiens qui sont partis errer ailleurs
des peaux mortes de nos vies cicatrisées
de chaque jour chassé par le suivant
qui prend soin de nos souvenirs
quand l’averse les dilue
quand la crue les emporte ?

DVD, 16 janvier 2021.

Merci à @bortzmeyer qui m'a permis de découvrir l'excellent hébergeur flounder au détour d'un de ses commentaires de l'article suivant :

framablog.org/2020/12/30/le-we

Show thread

Je viens de créer une « capsule » Gemini et j'ai commencé à la remplir de textes :

gemini://dvd.flounder.online/

dvd.flounder.online/

(2/2)

parce qu’à force d’aller sans savoir où l’on va
il faut bien qu’à un moment ou un autre
les ressources s’épuisent
la fatigue s’installe
il faut bien qu’à un moment donné
on soit obligé de reconnaître
qu’on ne va plus droit
qu’on va-comme-je-te-pousse

bref
qu’on ne va pas bien

—————
DVD, aujourd’hui.

Show thread

JE VAIS

(1/2)

je vais
je ne sais pas comment je vais
ni où je vais
mais je sais que je vais

où je vais
vous me le direz peut-être
au cas où vous m’attendriez
sur le quai d’une gare ou au fond d’une impasse
mais si personne ne m’attend
si ce « vous » que j’apostrophe n’a pas de visage
alors je continuerai d’aller
jusqu’à ce que la question du « comment » devienne primordiale

LA NUIT LES MOTS

Cette nuit, des mots ont frappé à la porte de mon sommeil. Je ne me suis pas réveillé. Je les ai écoutés, engloutis, digérés, assemblés, très patiemment tissés en longues phrases qui, dans l’improbable vérité du rêve, m'ont semblé prodigieusement pertinentes. Mais je ne me suis pas réveillé. J'ai laissé la nuit poursuivre sa besogne, la nuit et ses tendres, méticuleux traits de gomme.

Toc, toc, toc. Ce matin, voilà les mots qu'il me restait.

DVD, 2020.

Show older
La Quadrature du Net - Mastodon - Media Fédéré

Mamot.fr est un serveur Mastodon francophone, géré par La Quadrature du Net.