Brrrr. is a user on mamot.fr. You can follow them or interact with them if you have an account anywhere in the fediverse. If you don't, you can sign up here.

Brrrr. @bibapeluwap@mamot.fr

—« Blanchité », « racisé », « racisme d'Etat » : M. Blanquer, ces concepts sont légitimes dans le débat public.

liberation.fr/debats/2017/11/2

Tribune par Mélusine, militante féministe et antiraciste

Est-ce que ce n'est pas un corps qui a été greffé à une tête plutôt que l'inverse non ?
Je veux dire, sur des patients vivants est-ce qu'on chercherait à sauver le corps d'une personne qui perd la tête ou la tête d'une personne qui perd l'usage de son corps ?

francetvinfo.fr/sante/un-medec

—Facebook a gagné. Les médias français sont bel et bien devenus dépendants. Triplement dépendants, en fait : élargissement gratuit de l’audience, utilisation des outils de production et de diffusion et acquisition de revenus complémentaires. L’écosystème de publication du réseau social est devenu un outil vital pour le secteur médiatique.

fr.ejo.ch/economie-medias/face

—il faut tout de même rappeler que le groupe social qui remplit le mieux les critères les plus stricts du « communautarisme » (c’est-à-dire entre soi et sécessionnisme spatial et immobilier, mais aussi endogamie maritale et familiale) demeure la haute bourgeoisie…

mediapart.fr/journal/culture-i

—Mais à 42, il semblerait que la pédagogie innovante fondée sur l’autonomie des élèves ait l’effet pervers de faire croire à certains étudiants qu’ils peuvent tout se permettre.

usinenouvelle.com/article/porn

—Le clubbing gay, l’Xta, la pilule de l’amour, la MDMA, les afters sex, les after parties d’after party ont toujours fait partie intégrante d’une expression de liberté qui échappe aux diktats hétéro-normatifs (…) Le sida, vos lois, votre morale, ne peuvent nous priver de ce qui nous appartient réellement : le cul et la fête et l’amour et l’amitié qui en sont le produit, aussi (…) Notre liberté sexuelle est une arme contre l’oppression, la drogue est son carburant.

tetu.com/2017/11/15/chemsex-ne

Si vous êtes comme moi et que vous avez une alimentation déglinguée, des gens (dont un pote) font une app qui peut vous aider à faire de meilleurs choix yuka.io/

Ils s'appuient sur la base de données world.openfoodfacts.org/ qui recense les données relatives aux produits alimentaires du monde.

Le relais médiatique de cet événement d'une importance dépassant pourtant toutes les préoccupations et urgences du moment, est en revanche beaucoup plus discret.

Durant notre initiative asabiyya.space nous avions édité et traité deux thèmes permettant d'accumuler quelques matières à penser le sujet 👇

♻️ L’écologie en changeant la raison de faire
medium.com/nouvelles-de-lasabi

🏭 (Dé)capitalisation de la vie
medium.com/nouvelles-de-lasabi

Au cas où vous l'auriez loupé, La une du Monde était sans appel, "Il sera bientôt trop tard..."

Avec à l'appui l'appel de plus de 15000 scientifiques qui se mobilisent pour sensibiliser les esprits à l'impératif d'un changement radical et global de nos modes de production et de consommation responsables de la destruction de notre environnement.

Notre auto-destruction en somme.

lemonde.fr/planete/article/201

—Le design doit réengager un dialogue avec l’utilisateur. L’entreprise doit réinterroger son lien avec ses clients. Si l’expérience est au coeur de son offre, alors permettre à l’utilisateur de construire sa propre expérience plutôt que de lui en imposer une, est certainement un nouveau levier d’innovation pour nous permettre de dépasser les limites dans lesquelles les interfaces sont en train de s’enfermer.

—La captologie est conçue pour nous "rendre volontaires". Mais elle est, comme le pointait l’anthropologue Stefana Broadbent, un environnement coercitif de plus (après la salle de classe, les espaces de travail ou la maison…)

internetactu.net/2017/10/18/po

La BnF c'est 14 millions d’usagers annuels sur Gallica.

usbeketrica.com/article/hackon

Alors on dit quoi les startups disruptives mes couilles ?

En France, les startups n’en sont pas au même stade et le public les perçoit encore, à raison, comme les challengers qui luttent contre les gros acteurs installés d’une économie de rente.

Une bienveillance dont l’écosystème ne bénéficiera pas indéfiniment, à mesure que les signes de son emprise sur la ville seront de plus en plus manifestes.

(Fin de citation)

Plus mature, l’écosystème américain a vu les licornes du secteur accepter du bout des lèvres leur rôle social et consentir à quelques aménagements ou constructions pour tenter de lutter contre la gigantesque bulle immobilière que provoque la concentration du capital humain dans quelques grosses métropoles de l’économie numérique.

—Alors même que les startupeurs recherchent souvent la mixité urbaine comme facteur d’innovation, la concentration de capital économique, culturel et social qu’engendre la création d’un hub économique de ce type pose des questions soigneusement évitées par les promoteurs de cette nouvelle économie. Au mieux, mettra-t-on en garde contre l’immobilisme et le conservatisme qui se cachent derrière les critiques même les plus nuancées de la startupisation parisienne. Jusqu’au ras le bol ?

Brrrr. boosted

—Ce que le numérique fait aux humanités, par Bruno Latour

youtu.be/f3lsSJp8dbI