Ensuite, juste à l'orée du labyrinthe végétal, Michael Nichols vous montre que les animaux peuvent avoir un visage plus humain que l'humain lui même.