Follow

Disclaimer : les propos qui vont suivre seront très certainement décousus et un peu long. Je ne sais pas trop comment l'exprimer de manière plus cohérente, mais c'est dans ma tête depuis quelques temps et aujourd'hui est une bonne occasion d'en parler.

Pour commencer, je suis juif. Mais j'ai une chance, je ne suis pas un juif visible. Je n'ai jamais porté de kippa au quotidien ni vécu dans des quartiers où être juif fait de toi une cible. Du coup, je suis largement protégé de l'antisémitisme par mon milieu et à part quelques remarques désobligeantes je n'en ai jamais vraiment souffert.

J'ai par contre très longtemps été impliqué dans un mouvement scout juif en tant que chef d'un groupe situé dans le centre de Paris, le quartier juif historique où l'on trouve de nombreuses synagogues ainsi que le mémorial de la shoah. Et c'est finalement cette expérience qui m'a le plus confronté à l'antisémitisme et aux peurs que connaissent les juifs.

Ça a commencé en 2014. Un week-end, j'organise une rencontre entre mon groupe scout (des enfants de 11 à 15 ans) et une ancienne déportée, au mémorial de la shoah. Le groupe devait donc sortir de son local, marcher environ 300m et entrer dans le mémorial. Sauf que ce jour là se tenait une manifestation appelé jour de colère. Au cours de cette manifestation on a notamment entendu "mort aux juifs", "juifs hors de France" et autre.

La veille j'ai donc passé des heures au téléphone avec la préfecture de police et des associations juives qui assurent la sécurité des synagogues pour obtenir une protection afin de pouvoir faire ce simple trajet au cœur de Paris. J'ai 19 ans et je dois m'assurer que des enfants juifs soient protégés par la police pour marcher dans Paris.

Ce même été, j'étais directeur d'un séjour en Corrèze. Pendant ce temps à Paris, des manifestations contre la politique d’Israël dégénéraient en agression de fidèles d'une synagogue dans le centre de Paris et d'une multiplication des actes antisémites en tout genre. Les parents des enfants sous ma responsabilité ne cessaient de m'appeler pour me dire qu'ils étaient soulagés de savoir leurs enfants à la campagne, loin de tout ça.

Pour que vous compreniez mon sentiment à l'époque, il faut que je vus dise que ce mouvement scout dont je fais partie a été résistant pendant la guerre. Il a tenu un maquis, libéré Castres et surtout caché des enfants juifs à la campagne.
Et je me retrouve donc, 70 ans après la guerre, à ce que des parents me remercient d'emmener leurs enfants en sécurité à la campagne.

Mais tout ça c'était le début. Le plus dur a été 2015. Les attentats qui ont eu lieu se sont produits à quelques centaines de mètres de nos locaux, quelques jours avant une activité. Bien évidemment, l'activité du 11 janvier a été annulé dans la panique et la plupart des animateurs ont prit part à la marche.

Par la suite, ça n'a été qu'une succession de galère. D'abord une interdiction de sortir de nos locaux. Pratique pour des scouts de ne faire des activités qu'en intérieur. Ensuite une protection policière ou militaire constante, à qui je devais signaler toutes nos activités.
Le camp que j'organisais en février a vu son nombre d'inscrit chuter, ce qui a créé un grave déficit dans les caisses. Il a fallu plus de deux ans pour que l'on retrouve nos effectifs initiaux.

Concernant ce camp de février d'ailleurs. Nous étions en permanence protégés par la police, l'armée et même la DGSE dans le moindre de nos déplacements. Ambiance pour des enfants de 8 ans de prendre le train avec des militaires armés pour partir en vacances.

Les années 2014-2015 n'ont fait qu'accentuer un phénomène qui s'était emballé en 2012 après Toulouse. Les juifs quittent la France. Notre association l'a vu de plein fouet. A Paris ce phénomène est moins alarmant, mais les groupes de banlieues parisiennes ou de grandes villes comme Toulouse, Lyon, Grenoble, Nice, etc. ont vu leurs effectifs chuter et pour certains ont fermé.

Et pour ceux qui restaient il a fallu s'adapter. Fini les activités en autonomie totale pour les enfants, pourtant au cœur de la pédagogie scoute. Les animateurs ont dû se former à la sécurité, à la détection de colis suspects, etc. Et il a fallu rassurer les parents sur la sécurité de nos activités même si, on le savait bien, nous ne pouvions quasiment rien faire.

Les consignes ont été de retirer les symboles juifs de nos tenues, de ne pas donner le nom de notre association quand on réservait un lieu, simplement de se dire scout.
Bref, les juifs se sont organisés, se sont fait discrets ou bien sont partis.

Je peux vous assurer que depuis 2012, les juifs se posent en permanence la question d'un départ de France. Comme le disent nos grands-parents, les pessimistes ont fini à New-York, les optimistes à Auschwitz.

Tout ça pour en arriver à la manifestation de ce soir. J'ai l'impression qu'on fait cette manifestation contre l'antisémitisme mais pas pour les juifs. Ça fait bien de dénoncer des actes antisémites, mais moins de dénoncer les antisémites. On ne cite dans la presse que les juifs qui ne sont "acceptables".

Delphine Horvilleur est une personne que j'apprécie, mais dans les faits elle ne représente qu'un courant minoritaire du judaïsme français. Elle a pourtant été choisi par la gauche comme la rabinne a sollicité sur ces sujets. Ça me dérange car j'ai l'impression de ne pas être entendu.

Et puis je garde le souvenir de ces hommes ou femmes politiques que je n'ai vu dans les commémorations de la Shoah que les années d'élection. Ou bien ne pas parler au moment où les juifs attendaient une parole.

Et que ça vous plaise ou non je garde aussi le souvenir des paroles courageuses de Valls sur une France qui ne s'est pas assez indigné de l'antisémitisme, et qui a plus été perçu par la gauche comme une attaque contre les musulmans qu'une défense des juifs. Et ça me dérange de manifester avec cette gauche.

Comme l'a dit Herbert Pagani, "Moi qui suis un Juif de gauche, je n'en ai rien à faire d'une certaine gauche
qui veut libérer tous les hommes du monde aux dépens de certains d'entre eux, car je suis précisément de ceux-là." Ces dernières années la gauche donne l'impression qu'elle serait mieux sans le problème juif, que finalement, les juifs ne valent pas le coup qu'on se batte pour eux.

Bref, tout ça était sûrement trop long et je ne sais pas réellement si cela est utile de le dire ici, mais j'ai rarement l'occasion de parler d'antisémitisme de manière ouverte.

Ce soir je n'irais pas manifester. Et si je n'imagine pas quitter la France, je ne vois pas quel avenir apaisé j'ai ici. Trois générations nées dans un même pays c'est peut-être un maximum pour les juifs. peut-être est-il temps de reprendre la route.

Show more
Show more
Show more
Show more
Show more
Show more
Show more

@Roka en France actuellement on se mobilise plus facilement "contre" (racisme, politique du gouvernement,...) mais rarement "pour" un projet (aucun candidat n'a récolté plus de 25% au 1er tour de la présidentielle ...). Être contre c'est facile , pas besoin de réfléchir trop on a tous une raison de s'indigner, être "pour" un projet ça veut dire qu'il faut se mettre d'accord sur comment agir, dialoguer, choisir (donc renoncer) ... merci pour ton témoignage courage à toi.

@Roka Après cette annonce de +74 %, je suis allé chercher les statistiques sur 20 ans : antisemitisme.fr/wp-content/up Une régression linéaire donne une tendance quasi plate, très légèrement haussière. La baisse énorme en 2016, ce serait les juifs qui se seraient cachés ? Se sont-ils remontrés en 2018 ? A ce niveau de volatilité, soit l'échantillon est trop petit pour être significatif, soit la méthode de collecte est incorrecte, soit le phénomène est trop volatil pour être prévu et expliqué.

@sossalemaire Je pense qu'il ya deux choses à savoir. La grande majorité des actes antisémites ne sont pas signalés, car dans certains quartiers c'est la police même qui déconseille de porter plainte pour éviter les représailles. D'autre part, ce sont les lieux où l'antisémitisme est le plus fort que les juifs ont quitté en premier. Donc le problème de l'antisémitisme s'est réglé là bas par le départ des juifs.

@Roka @sossalemaire est ce que j'ai tort quand je dis que les menaces et attaques physiques viennent plus facilement des milieux musulmans radicaux (principalement sur l'histoire des palestiniens) mais que les passages "fourbes" (tag croix gammées, degradation...) ca vient plus des soraliens, neo nazis extrêmes droites ? C'est un sentiment que j'ai. Après que faire...

@scelerat
Je n'en suis pas certain même si je n'ai pas de chiffres là dessus. Je connais des maisons qui ont été taguées ne banlieues avec des propos clairement islamistes. Je pense que l'auteur se devine au lieu de l'acte et au contenu. Par exemple le « Juden » sur Bagelstein doit certainement venir de néo nazis.
@sossalemaire

@Roka @scelerat Les statistiques existantes ne représentant manifestement pas la réalité, il ne nous reste plus qu'à attendre des enquêtes sociologiques approfondies pour trier entre baisse réelle / augmentation réelle / baisse parce que les juifs s'enfuient / baisse parce que les juifs portent moins plainte / hausse parce que les juifs portent plus plainte / changement de méthode statistique / etc. Si vous en connaissez, je suis preneur !

@sossalemaire
Concernant les statistiques ses juifs quittant la France pour Israël il faut regarder du côté de l'Agence Juive. Pour le reste il y a plusieurs organisations juives qui publient des rapports sur l'antisémitisme mais je ne sais pas si un fait particulièrement référence
@scelerat

@Roka quelque part, on te dira que c‹est effectivement se comporter... En juif. Comme c'est bizarre.

C'est cool que tu décrive tout ça. Ce serait encore plus cool sur ton blog peut-être...

@22Decembre
De toute façon il est toujours reproché au juif des comportements qu'ils n'ont eu d'autres choix que d'adopter du fait de l'antisémitisme donc bon...
Sinon mon blog est en (grand) sommeil en ce moment. Je ne sais pas s'il se réveillera un jour.

@22Decembre
Disons que j'ai préféré mettre mon argent dans d'autres projets. J'ai bien cherché une instance plume pour héberger mes articles mais à l'époque ça n'était pas franchement utilisable. Mais je ne serais pas contre reprendre le blog sur une plateforme décentralisée le jour où une solution stable existera.

@Roka Merci pour ton témoignage. Force et courage à toi et tes proches.

@Roka merci d'avoir pris le temps de partager tout ça avec nous ! C'est important de nous ouvrir les yeux en tant que "non-juifs" sur toutes ces choses que l'on ne voit pas <3

Sign in to participate in the conversation
La Quadrature du Net - Mastodon - Media Fédéré

Bienvenue dans le media fédéré de la Quadrature du Net association de défense des libertés. Les inscriptions sont ouvertes et libres.
Tout compte créé ici pourra a priori discuter avec l'ensemble des autres instances de Mastodon de la fédération, et sera visible sur les autres instances.
Nous maintiendrons cette instance sur le long terme.