Follow

Clair, net, et tranchant.

« The technology behind the internet is not incompatible with our rights, but the business model Facebook and Google have chosen is. » et bam.

amnesty.org/en/latest/news/201

@RLetot Et oui, c'est ce que je me tue à dire depuis des années, après avoir étudié tout cela sur le plan théorique, avec mes études sur la génèse des cyber-pouvoirs : L'actuelle architecture de cyberespace et l'ensemble de ses technologiques sous jascentes sont incompatibles avec les libertés numériques fondamentales.

Et qu'en changeant radicalement d'architecture, il pourrait en etre autrement.

@stman je ne pense pas que le problème soit technologique, il est surtout idéologique et sociétal. Ces gens ont eu les coudées franches pendant des années parce que personne ne les a vus venir. Et maintenant on est dépendants, à un point tel qu'il est difficile de s'en rendre compte. Mais je pense qu'on commence à s'en rendre compte, et que la riposte s'organise petit à petit.

@RLetot

Mais si le problème est technologique, il est même d'ordre architectural au niveau de ces technologies numériques.

Laisse moi t'expliquer pourquoi, même si ça va être difficile en quelques toots de résumer des années de recherches et d'étude sur la génèse des cyber-pouvoirs :

La conclusion de mes études permet de prouver que ce sont les choix architecturaux, dans toutes les couches technologiques connues des technologies numériques, qui caracérisent les cyber-pouvoirs générés, c'est

@RLetot à dire, ce que j'appelle les modèles de cyber-pouvoirs et de cyber-droits.

Ce sont même les architectures des couches les plus basses qui ont le plus d'impact sur ces modèles, en clair, les circuits intégrés et leurs architectures internes.

En fait, la riposte dont tu parles, j'ai été dedant pendant longtemps, et j'étais en réaction face à un ordre architectural imposé. Et être en réaction c'est bien souvent être dans la manipulation, on se fait manipuler.

Aujourd'hui, j'ai changé mon

@RLetot approche de ces questions, je ne suis plus en réaction face à un ordre architectural établi, je remet en question de façon fondamentale l'ensemble des architectures de l'ensemble des couches technologiques telles qu'on les a labélisé, compartimenté, en question.

Je n'aurais jamais pu avoir cette démarche constructive si je n'avais pas compris, puis démontré formellement que ce sont les choix architecturaux qui caractérisent les modèles de cyber-pouvoirs.

Les fameuses libertés et droits

@RLetot numériques fondamentaux dont tu parles, la transposition de la déclaration universelle des droits de l'homme et du citoyen dans tout ce qui est cyber, c'est bien une affaire de modèle de cyber-pouvoirs et de cyber-droits, et si l'on peut pouvoir adopter des modèles de cyber-pouvoirs et de cyber-droits qui garantissent ces libertés et droits numériques fondamentaux dont tu parles, c'est bien d'un changement d'architecture dans toutes les couches technologiques connues dont on a besoin.

@RLetot

Toutes mes études fondamentales sur ce sujet portent sur justement "comment" concevoir ces technologies numériques, comment les architecturer, de facon nouvelle, pour pouvoir obtenir à la sortie les modèles de cyber-pouvoirs et de cyber-droits auxquels on aspire.

Comment synthétiser ces architectures techniques pour qu'elles garantissent strictement les modèles que l'on désire.

Tous ceux qui pensent, à tort, qu'en bricolant un peu de logiciel libre on va s'en sortir se fourvoient.

@RLetot

Ils se fourvoient pour deux raisons :

* D'abord parce que le logiciel représente une couche technologique parmis les plus élevées sur la pile des différentes couches qui composent nos technologies numériques, et que ce sont les architectures des couches supérieures, dont le logiciel applicatif, qui ont le moins d'impact réel sur les modèles de cyber-pouvoirs et de cyber-droits.

* Ensuite, parce qu'il faudrait revoir en réalité toutes les couches, à commencer par les plus basses :

@RLetot A savoir les architectures des circuits intégrés, des microprocesseurs, etc...

La libération des couches les plus basses, leur ré-architecturation complète, sont les éléments fondamentaux permettant de modifier en profondeur les modèles de cyber-pouvoirs et de cyber-droits.

Et s'exciter exclusivement sur le bricolage de logiciel applicatif libre est donc prendre le problème à l'envers, totalement.

Ensuite, l'autre remarque je voulais te faire, c'est que lorsque l'on veut vraiment

@RLetot maitriser et garantir les modèles de cyber-pouvoirs et de cyber-droits, il faut une approche architecturale systémique sur l'ensemble des couches technologiques connues.

Il faut tout ré-architecturer : Circuits intégrés, microprocesseurs, cartes mères (systèmes à microprocesseurs), il faut même dépasser la notion de microprocesseur telle qu'on la connait, mais il faut aussi faire de même pour la notion de kernel, d'OS même.

A la sortie, mes études permettent de conclure que l'on pourra

@RLetot probablement conserver les couches applicatives les plus élevées (En clair, recompiler les programmes dans un nouvel environnement matériel, avec autre chose que les kernels tels qu'on les connait aujourd'hui), et qu'a priori, on pourra donc conserver une partie du travail fait, mais pour toutes les couches inférieures, il faut tout revoir.

Des circuits intégrés jusqu'aux OS, tout doit être repensé. Le concept même d'ordinateur personnel est en jeu, mais il en va de même pour

@RLetot l'architecture des réseaux de télécommunication et de ce cyberespace que l'on appelle internet : L'ensemble des normes et des standards de l'internet tel qu'on le connait sont bonnes à mettre entièrement à la poubelle. Eventuellement, on pourra juste les conserver au niveau local, de ton réseau local chez toi, histoire de pas avoir à jetter tout notre matos actuel.

Enfin, concernant la partie ideologique, elle aussi, elle est directement dépendante des modèles de cyber-pouvoirs et de

@RLetot cyber-droits:

L'actuelle archirecture de cyberespace pousse inéluctablement vers une société néolibérale, fasciste, individualiste, sans solidarités, isolant toujours plus les citoyens les uns des autres.

Mais il pourrait en être autrement. L'étude des modèles de cyber-pouvoirs et de cyber-droits permet de comprendre comment tout ca est inter-connecté, comment on peut inverser la tendance en modifiant les modèles, et en sachant pourquoi et comment.

Voila tout l'enjeu du

@RLetot crypto-anarchisme situationiste tel que je le pratique.

Acquerir cette excellence, cette capacité, à choisir les modèles de cyber-pouvoirs et de cyber-droits que l'on veut, en sachant pourquoi, pour atteindre quel objectif, sur le plan sociologique, idéologique, sociétal.

Les personnes comme toi sont prisonnières d'un mode de réflexion très limité, dans lequel tout ce que tu concois est intégralement fait dans le petit bac à sable des normes et des standards qui définissent nos

@RLetot technologies numériques, internet compris.

Tu raisonnes avec du client-serveur, du TCP/IP, des Microprocesseurs et des Kernels / OS tels qu'on nous les a imposé.

Les Crypto-Anarchistes situationistes comme moi, on a fait voler en éclat toutes ces limitations, artificielles, imposées, et l'on raisonne sur des paradigmes architecturaux totalement nouveaux et révolutionnaires : On apprendre à maitriser la génèse des modèles de cyber-pouvoirs et de cyber-droits.

@RLetot Tu es donc bien comme j'ai longtemps été : Tu es en réaction à un environnement architectural imposé, et tu n'avais jamais conceptualisé, avant que je te parle, qu'il était possible de dépasser toutes ces limitations et pourquoi.

Nous on est dans l'action, dans des processus de révolution de l'ensemble des paradigmes architecturaux, on est plus en réaction à un ordre architectural imposé, a des modèles de cyber-pouvoirs imposés.

On en créée de nouveau, et on apprendre comment le faire.

@RLetot Mais quand c'est moi qui le dit, personne n'écoute.

Scandale transnational du cartel de GS1, d'Amazon et des Opérateurs Postaux et Logistiques oblige.

Sign in to participate in the conversation
La Quadrature du Net - Mastodon - Media Fédéré

The social network of the future: No ads, no corporate surveillance, ethical design, and decentralization! Own your data with Mastodon!