Le mari de Mme Eolas is a user on mamot.fr. You can follow them or interact with them if you have an account anywhere in the fediverse. If you don't, you can sign up here.

Le mari de Mme Eolas @Maitre_Eolas@mamot.fr

Je rappelle aux nouveaux arrivants la fonction la plus importante de Mastodon: ici vous pouvez envoyer des pouets "directs" sans mentionner personne, et donc avec la certitude que personne nulle part en dehors de vous-même ne lira ce que vous postez.

C'est dada.

Comme le prévenu n'a jamais nié le vol (il a gardé le silence) ni n'a jamais dissimulé l'objet volé, le tribunal a prononcé une peine avec sursis et B a été libéré le soir même.
Le téléphone a été récupéré dans la fouille par un procureur tout penaud, à charge pour lui de le restituer à la victime.
L'avocat, lui, en rit encore.

"Mais alors, qu'avez-vous fait du téléphone ?" demande la présidente.
"Ben je l'ai toujours. Enfin, il est dans ma fouille."
Et l'avocat jubilant d'aller déposer le PV de la fouille sur le bureau de la présidente, en lui faisant remarquer q'u'il y avait deux Samsung dans icelle.

Le voilà finalement en comparution immédiate.
Habilement défendu par un avocat compétent et habile dont le nom m'échappe, il reconnaît les faits qui étaient suffisamment prouvés par les images de vidéosurveillance.

Et donc B est déféré devant le tribunal pour vol, le mystère du téléphone fantôme jamais résolu. Et le voilà qui arrive au dépôt avec sa fouille contenant deux téléphones. Donc un Samsung. Noir.
Le mystère est total.

Où est ce téléphone qui a mystérieusement disparu ?
Qui le sait ?

Le mystère est complet, car rappelons-nous qu'au moment de l'interpellation :

Le deuxième interpellé, I, est interrogé à son tour. Notez bien la question du policier. mamot.fr/media/fHY-mq-2Eo7NgHO

Excusez-moi un instant, j'essuie une larme d'émotion. Je ne sais pas qui était son avocat, mais c'était un bon.

B. est interrogé. On lui montre les captures des vidéosurveillances et on lui demande ce qu'il a à dire. mamot.fr/media/Ja5pKqUkuPKYxqx

Pendant ce temps, B est conduit en cellule. On lui prend ses affaires, et on en dresse l'inventaire, baptisé "la fouille". En voici un extrait. Oui, le document original est bien dégueulasse, photocopie de photocopie de photocopie.
Remarquez-vous quelque chose ? mamot.fr/media/JIr44UPoCEBW3Oh

La victime est rattrapée, et va porter plainte. Voici ce qu'elle déclare. mamot.fr/media/OEn3Btk-5KrIMcv

Je résume : B pique son téléphone noir à D, puis le montre à I qui n'en a rien à foutre. B le met donc dans sa poche. Le policier qui dirige le dispositif donne donc le signal qui déchaîne le tonnerre : "top interpellation." mamot.fr/media/oxRMi5wfP6nYpOh

Pour le reste, je laisse la police raconter, car elle le fait mieux que moi. mamot.fr/media/ebYNIH6ZqHcp1lk

Donc M. B traîne du côté de Barbès avec son ami I. La police l'avise et trouve qu'il faite montre d'une passion suspecte pour les sacs à main des dames. Ils mettent en place un dispositif de surveillance discret. mamot.fr/media/u05p74coIui0Hc5

Bon, c'est vraiment parce que vous insistez. Voici donc l'affaire B.

En voici le résumé, écrit de la min de l'OPJ qui l'a traitée. Hashtag (comment on appelle un hashtag sur mastodon au fait ?) mamot.fr/media/7FILbaJu0rBfL05