Lucile Peyre is a user on mamot.fr. You can follow them or interact with them if you have an account anywhere in the fediverse. If you don't, you can sign up here.

Lucile Peyre @LucilePeyre@mamot.fr


Le professeur contempla sa classe. Ah! De son temps, les élèves ne se seraient pas tenus ainsi ! On savait se tenir droit, alors!
Mais les jeunes d'aujourd'hui, c'était autre chose, avachis, amorphes, un filet de bave dégoulinant sur le menton. Et l'hygiène ! Ça aussi ça s'était considérablement dégradé. Cette génération, vraiment !
Un élève, en retard, entra. Au lieu de s'excuser, il hurla et repartit en courant. Ces jeunes !
Et cette manie de grogner en montrant les dents ...

2/2
Nash grimaça. On aurait dit qu'il était sur le point de pleurer. Eckle secoua la tête.
"On en a bien profité. Et puis, il y aura d'autres vacances d'été, l'année prochaine."
Nash savait bien que c'était vrai. Mais il aurait voulu que ça dure toujours.
Une larme coula sur sa joue.
"C'était tellement bon, tu comprends, dit-il entre deux sanglots, tellement délicieux, tous ces touristes. Je n'arrive à me faire à l'idée d'attendre toute une année avant d'en dévorer de nouveau."

1/2
Nash était debout, au sommet de la dune, et laissait courir son regard sur la plage en contrebas.
"C'est terminé alors ?" demanda-t-il d'une petite voix plaintive et pleine de regrets.
À côté de lui, Eckle hocha la tête d'un air désolé.
Quelques mètres plus bas, les derniers touristes profitait du soleil de la fin août. Ils avaient été des centaines quelques semaines plus tôt et il n'en restait déjà plus qu'une cinquantaine.
"C'est comme ça chaque année." murmura Eckle.

J'ai peut-être pas fait de mercredi fiction, mais j'ai bien avancé sur mon roman. Une bonne dizaine de pages aujourd'hui, avec introduction d'un nouveau personnage. C'est une histoire qui avance.

@danslerush du moment que tu as le droit au gore et à l'humour, ça devrait le faire. Tu peux lire les épisodes dans n'importe quel ordre au fait.

@danslerush et j'ai même pas évoqué les chatons Garou!! 😉

Pas le temps pour un aujourd'hui. Mais si vous voulez tout de même me lire, tous les épisodes de mon feuilleton Raptor Hall, sont sur mon site. Une planète éloignée peuplée de dinosaures, sur laquelle s'élèvent les ruines d'un château gothique, rajoutez quelques zombies et encore d'autres choses, bref c'est Raptor Hall.
lucilepeyre.wixsite.com/fantas

@DaD ce qui est dommage c'est de ne pas pouvoir faire comme sur Twitter où il est possible d'écrire un fil de plusieurs tweets puis de les publier ensuite. Par habitude, j'écris mes pouets de mercredi fiction à l'avance et les conserve dans les pouets sauvegardés. Mais pour faire un fil de pouets, je dois les publier. La seule solution que je vois c'est de les conserver puis de les copier le jour venu dans le fil de pouets...

5/5
La mer s'étalait, grosse flaque d'un bleu azur aux nuances de vert, sous un soleil de plomb qui semblait s'essayer à faire fondre les falaises. Une rangée de cabines de plage en bois, aux couleurs pastelles délavées, bordait le littoral. Au-dessus, on trouvait une petite maison, dont la devanture annonçait "bar de la plage, glaces et sorbets". Mais la porte et les volets étaient clos. À côté, une voiture semblait abandonnée. Sur les galets, ou dans l'eau, personne.

4/5
Judith resta immobile, debout sur la plage, tandis que la mer se soulevait et que quelque gigantesque créature émergeait des profondeurs. Une première tentacule, immense et noire, s'abattit sur les galets et s'enroula doucement autour de la cheville de la jeune femme.
Judith se laissa faire, les yeux mis clos, s'abandonnant à l'étrange caresse. Et puis la chose tira, d'un mouvement vif et en un instant elle disparut dans les flots.

3/5
Elle regarda son pied droit, entaillé par un coquillage au bord coupant. Quelques gouttes de sang coulèrent entre ses orteils et vinrent tâcher de rouge les galets blancs.
Quelque chose trembla alors. C'était peut-être Judith elle-même, comme si un frisson la traversait. C'était peut-être la plage, le ciel et la mer, comme si une chose endormie venait tout juste de se réveiller. Le rythme des vagues s'accéléra.

2/5
Judith sourit. Après les plages bondées, le bruit, les cris et les éclaboussures, enfin un peu de tranquillité. Elle avait du rouler toute la matinée avant de trouver ce petit paradis vide de toute perturbation. Elle s'avança, hypnotisée par la musique des vagues qui venaient frapper les rochers, par la lumière et les couleurs, par cette impression, un peu effrayante, mais si reposante, d'être seule au monde.
"Aïe !" S'écria-t-elle soudain.

1/5
La mer s'étalait, grosse flaque d'un bleu azur aux nuances de vert, sous un soleil de plomb qui semblait s'essayer à faire fondre les falaises. Une rangée de cabines de plage en bois, aux couleurs pastelles délavées, bordait le littoral. Au-dessus, on trouvait une petite maison, dont la devanture annonçait "bar de la plage, glaces et sorbets". Mais la porte et les volets étaient clos. Sur les galets, ou dans l'eau, personne.

@Darathor @framasky ça me stresse plus qu'autre chose là, beaucoup de pression et une ambiance à la Kafka, c'est pas terrible.

3/3
"C'est simple, expliqua Jean-Pierre, chaque fois que quelqu'un est sur le point de commettre une erreur, la machine remonte dans le temps pour l'empêcher d'agir et corriger le tir."
Suzanne fixa la chose dans le paquet, levant un sourcil circonspect.
"Et si l'erreur était d'acheter la Machine ?"
Quelque chose trembla.
Mais elle continua.
"Si elle empêche de l'acheter, l'erreur est corrigée mais..."
Trop tard.
L'univers implosa sous le coup du paradoxe généré par Suzanne.

2/3
Chaque nouveauté sur le marché était source d'enthousiasme pour Jean-Pierre, il aimait posséder les dernières inventions, les technologies les plus perfectionnées. Même si Suzanne réussissait à chaque fois à générer de nouvelles catastrophes en utilisant de travers les acquisitions de son époux.
Cette fois, ce serait différent cependant. Grâce à la Machine.
"Ça corrige les erreurs ? Comment ça ? Je ne comprends pas."

1/3
Suzanne regarda le paquet sur la table avec perplexité.
"T'as dit que c'était quoi, déjà ?"
Jean-Pierre leva les yeux au ciel.
Huit fois déjà qu'il lui avait expliqué. Mais les nouvelles technologies et Suzanne ne faisaient pas bon ménage.
Quand ils avaient eu un téléporteur, elle s'était retrouvée dans la piscine des voisins. Avec le robot turbo, ça avait été pire encore. Ils avaient du refaire la cuisine et le chien avait perdu une oreille.
Mais Jean-Pierre s'accrochait.

Encore un mercredi fiction de zappé, zut! Entre les corrections du bac et les démarches administratives dans lesquelles je suis plongée jusqu'au cou, c'est compliqué de trouver le temps et l'inspiration.
La semaine prochaine, promis! (Et si vous avez des défis d'écriture à me proposer je suis preneuse)
Bises les mastonautes.