Lucile Peyre is a user on mamot.fr. You can follow them or interact with them if you have an account anywhere in the fediverse. If you don't, you can sign up here.
Data

Lucile Peyre @LucilePeyre


Linda faisait courir un regard dubitatif sur les rouages du curieux assemblage.
"Hum... À quoi ça sert?"
Bob soupira et lui sourit. Il était habitué à devoir s'expliquer.
"C'est une machine anti paradoxe."
Pour lui c'était clair. Mais Linda le fixa d'un air perplexe.
"C'est à dire?
- Lorsqu'on tourne cette manivelle, là, ça enclenche le mécanisme et ça empêche les paradoxes temporels."
Linda éclata de rire.
"C'est une machine ne pas remonter dans le temps en fait !"

ep7 fin
Il me sourit, comme s'il comprenait, comme s'il s'excusait. Et il s'effondra tandis que l'ombre émergeait de sa bouche et de ses yeux.
J'étais bloquée sur la terrasse, cette putain de créature entre la porte et moi, le cadavre de mon associé et meilleur ami à mes pieds.
Dans un film le soleil se serait levé et m'aurait sauvée en un glorieux, et un tantinet cliché, happy end.
Mais est-ce que ça existe encore ça, les happy end ?

ep6
"Je te sauve les miches Patricia! Voilà ce que je fous là."
C'était bien le style de mon associé et je lui tapotai amicalement l'épaule en guise de remerciement.
"Par là, il y a une autre sortie."
La demeure était plongée dans l'obscurité et seule la lampe torche de Max éclairait notre passage. Il fallu prendre un grand escalier, longer une coursive et nous nous retrouvâmes sur une terrasse.
"Je vois pas de sortie, Max. Qu'est-ce que....Putain. Max. Pas toi."

ep5
Les ombres se rapprochaient, sortant de leurs robes noires des bras pales, longs et effilés aux extrémités semblables à des couteaux. J'avalai ma salive et tatai la porte entrouverte derrière moi. Une main saisit la mienne et j'étouffais un petit cri aigu en sentant les doigts inconnus se refermer sur mon poignet. On me tira en arrière et la porte claqua.
Sauveur ou ennemi ? Je me retournai, prête à tout.
"Max?! Nom de Dieu! Qu'est-ce que tu fous là ?"

ep4
Comme s'il s'agissait d'un signal, des ombres plus petites, mais au regard tout aussi féroces, se levèrent derrière elle et s'élancèrent vers moi.
Je lâchai mon révolver et me mis à courir pour leur échapper. Je tournai à l'angle de la ruelle et remontai l'avenue principale. Il y en avait partout. Certaines avaient du faire le tour par une autre voie et je me retrouvai encerclée. Acculée contre une porte, je sentis le battant s'ouvrir dans mon dos.

ep3
La balle atteignit l'ombre dans la poitrine. Il y eut comme un bruit de succion, l'impression d'une distorsion, et l'ombre tituba, reculant d'un pas et basculant légèrement vers l'avant.
J'attendai, les mains crispées sur mon revolver, qu'elle s'effondre tout à fait.
Mais elle se redressa. Aucun impact n'était visible sur sa longue robe noire et ses grands yeux blancs me fixaient avec férocité. Elle leva à nouveau le bras et émis un long sifflement.

ep2
L'ombre me fixait avec un air méchant. Pour sa décharge, une figure comme la sienne ne devait pas permettre d'afficher un autre air. Sa bouche gigantesque s'ouvrit en un rictus dément.
Je levai mon revolver en direction de sa sale tronche, tentant de dissimuler le tremblement de mes doigts sur la crosse.
"OK. Vous êtes du genre flippant. Mais moi je du genre armé. Alors ne vous avisez pas de bouger!"
L'ombre leva un bras et fit un pas vers moi.
Je tirai.

ep.1
Qu'est que je foutais là ?
C'est pas que je ne sais pas apprécier une bonne ruelle déserte en pleine nuit. Avec un métier comme le mien on est vite amené à s'habituer à ce genre d'ambiance. Mais généralement ce sont des maris infidèles que je suis, pas des... Des quoi au juste?
L'ombre gigantesque se retourna pour me faire face.
OK, ça, c'était pas une tête de mari infidèle. C'était pas une tête d'humain, surtout.
Putain d'enquête !

@LaSourisTurquoise merci. Je ne sais pas si tu as lu celle de la semaine dernière, c'est un peu le même genre.

7
"Qu'est-ce qui est écrit sur le fronton ? J'ai du mal à déchiffrer..."
La seconde archéologue s'approcha de sa consœur et du fronton, plissant les yeux pour deviner, plus que à lire, l'inscription à moitié effacée. Elle passa un coup de pinceau sur la pierre se concentrant pour repérer les lettres.
"Larry et Vanda reposent ici."
Et tandis que le soleil se couchait, ajoutant des tons ocres et jaunes aux ombres du cimetière, les deux archéologues crurent entendre un grattement.

6
Larry éclaira les alentours, sans rien distinguer. Vanda avait disparu. La grande porte était tout près, il pouvait sortir en quelque secondes. Mais cela signifiait abandonner son amie. Il hésitait quand la porte du tombeau grinça à nouveau, laissant échapper un léger gémissement:
"Larry...Larry, ne me laisse pas."
Le jeune homme ravala ses larmes et se dirigea vers le tombeau.
Il poussa la porte, terrifié, et il entra.
Doucement, la porte se referma derrière lui.

5
Le couvercle se soulevait, lentement, dans un grincement terrifiant.
"Est-ce qu'on peut partir ? En courant ?"
Demanda Larry. Vanda hocha la tête et ils sortirent, remontant l'allée principale du cimetière à toute vitesse.
Larry se prit les pieds dans une racine et tomba face contre sol.
"Vanda! Attends moi!"
Quand il se releva, il ne vit rien.
"Vanda ?"
Il observa l'allée, dans les deux sens. Et il aperçut une lumière un peu plus loin. C'était celle du portable de son amie.

4
Effectivement, un léger bruit venait du cercueil qui occupait le centre du tombeau. Larry était à deux doigts de s'évanouir.
"On fiche le camp?" Demanda-t-il, de l'espoir dans la voix.
"Et s'il y avait quelqu'un, à l'intérieur ?"
Vanda inspecta le cercueil de plus près, faisant passer la lumière de son téléphone sur les détails du bois.
"Toc toc"
Elle sursauta et se retourna vers Larry.
"C'est toi qui a fait ça ?"
Il fit non de la tête, fixant le cercueil avec horreur.

3
Vanda s'approcha du tombeau, passant ses doigts sur la gravure d'ange au fronton. Il y avait aussi une inscription, mais elle était en partie effacée.
"Tu ne vas pas entrer là dedans, hein? Dis moi que tu ne vas pas faire ça, je t'en supplie ?!"
Mais les supplications de Larry ne servaient à rien face à la curiosité de la jeune fille.
Elle poussa la porte, éclairant l'intérieur avec son téléphone.
"Tu as raison, il y a un bruit qui vient de là, c'est comme un... grattement."

2
Vanda sourit. Ça y est, il rentrait dans l'ambiance.
"Non? Quoi?" Demanda-t-elle avec un air faussement naïf.
Mais Larry lui tournait le dos et regardait quelque chose qu'elle ne voyait pas.
"Le tombeau là bas, avec l'ange gravé dessus... J'ai cru entendre des bruits et puis, on dirait que la porte a bougé, comme si elle s'était entrouverte.
- Allons voir!
- Non, Vanda!" Mais déjà elle courait vers le tombeau et Larry la suivait en murmurant des jurons. Il aurait du se taire.

1
"Le raccourci par le cimetière c'était obligé ?
- C'était plus court.
- Oui mais c'était obligé ? Parce que j'aime pas trop l'ambiance.
- Je trouve ça plutôt...
- Je crois que le mot que tu cherches c'est : flippant
- Non, romantique."
Larry regarda autour de lui.
" En plein jour, pourquoi pas. Mais là, maintenant, je maintiens le terme de flippant. Si on pouvait se grouiller de sortir, ça nous aiderait moi et mon transit."
Vanda soupira. Quel trouillard !
"Tu as entendu ça ?

Merci à tous pour vos réactions à mon en 7 épisodes de cette semaine, . J'ai jusque là écrit beaucoup de SF, spatiale et d'anticipation, et je projette de me lancer dans l'horreur dans mon prochain roman. Cette petite histoire du mercredi était une sorte d'entraînement et j'avoue que les retours sympas que j'ai reçu m'encouragent dans cette voie. Merci les mastonautes.

@Roland écrit dans l'aéroport 😀. Heureuse que ça t'ait plu.