Show more

Du coté de Mais où va le Web : « Alors même que l’Etat ne respecte pas les décisions de la CNIL, le CNNum, qui n’a ni les pouvoirs ni les compétences pour organiser des « débats citoyens », prétend pouvoir faire mieux. Débats qui au demeurant, sont toujours organisés a posteriori, pour "réguler" et jamais "interdire" ».

3/3

maisouvaleweb.fr/sommes-instit

Sur Internet Actu, Hubert Guillaud rappelle que « en luttant contre la reconnaissance faciale, nous ne faisons que lutter contre le symptôme d’une maladie bien plus large (...). C’est le modèle de société, l’idéologie que véhiculent ces technologies qui doivent être interrogées et refermées »

2/3

internetactu.net/2019/11/05/in

Pour le week-end, quelques lectures sur l'incurie des institutions et pourquoi il faudrait bâtir un large mouvement citoyen contre la et autres technologies de surveillance biométrique/automatisée.


1/3

Traquer les fraudeurs fiscaux ? C'est oui !
Surveiller tout le monde sur les réseaux sociaux ? C'est non...
Mais c'est pourtant le projet de Bercy : le Parlement doit rejeter l'article 57 du

laquadrature.net/2019/11/05/le

Au @capitoledulibre, @LaQuadrature innove et vous propose deux conférences sur la censure du net. La mienne pour vous expliquer l'état du droit et aider à mieux comprendre les raisonnements juridiques en la matière, puis celle d'Arthur pour préparer le combat politique qui approche. Rendez-vous le samedi à partir de 16h30 en salle C002 !

@oliviertesquet révèle que la CNIL a envoyé un avertissement à Saint-Étienne pour lui dire que son projet de micros dopés à l'IA était aujourd'hui illégal.

telerama.fr/medias/la-cnil-tir

Ces avis montrent enfin que ces projets sécuritaires sont sensibles au débat public, comme les vampires sont sensibles à la lumière.

Le combat continue : mobilisez-vous sur Technopolice.fr !

L'opposition de la CNIL poussera sans doute les défenseurs des technologies de surveillance à demander une loi pour encadrer leur « usage éthique ».

De tels usages n'existent pas - c'est pour cela que nous plaidons pour leur interdiction.

twitter.com/franceinfo/status/

Ces avis restent non-contraignants. Des élus n'hésiteront pas à remettre en cause la légitimité de la CNIL pour proposer d'autres projets liberticides, en s'appuyant notamment sur les déclarations de Cédric O et Didier Baichère

twitter.com/RenaudMuselier/sta

Ces prises de position sont tardives mais bienvenues. La CNIL quitte enfin sa posture attentiste pour rappeler que ces technologies sécuritaires portent atteinte à nos libertés.

C'est ce que répète depuis des mois @technopolice

Cet avertissement fait suite à l'avis de la CNIL révélé hier par Jérome Hourdeaux de Mediapart qui s'oppose à l'expérimentation de reconnaissance faciale dans deux lycées de la région Sud.

mediapart.fr/journal/france/28

@oliviertesquet révèle que la CNIL a envoyé un avertissement à Saint-Étienne pour lui dire que son projet de micros dopés à l'IA était aujourd'hui illégal.

telerama.fr/medias/la-cnil-tir

La CNIL vient de déclarer illégale l'expérimentation de reconnaissance faciale dans les lycées de la Région Sud.

Cette première victoire appelle à continuer et renforcer la lutte contre les dispositifs existants et futurs.

laquadrature.net/2019/10/28/ly

Nous étions ce matin auditionné·es en Commission des lois de l'Assemblée nationale par Philippe Latombe à propos de la surveillance de masse des réseaux sociaux que veut imposer la DGFip.

Nous avons expliqué en quoi cette solution est dangereuse pour nos libertés et appelé à supprimer l'article 57 du .

Nous republions la tribune de Félix Tréguer et Martin Drago parue dans Le Monde du 25 octobre.

« Pour imposer la reconnaissance faciale, l’État et les industriels main dans la main »

laquadrature.net/2019/10/25/po

Vous souhaitez aider La Quadrature ? Notre page Wikipédia a besoin d'une actualisation avec notre nouveau logo et surtout toutes nos dernières actions C'est l'occasion, et merci ! <3

Thierry Breton à la Commission européenne, c'est vraiment le retour en force d'une vision militaro-industrielle, hyper-centralisée de l'informatique, qui n'a pas peur d'afficher son amour des oligopoles (et tant pis pour la Startuffe Nation). lesechos.fr/amp/1035834

Contre les cookies illicites, la CNIL a remis sa lettre de démission.

Nous l'avons contestée devant le Conseil d’État, en vain.

Hier, celui-ci a acceptée cette démission, considérant que les services de la CNIL n’étaient plus requis.

La tentation est grande d’oublier la CNIL et de ne plus se tourner que vers la justice pour faire appliquer le RGPD.

Toutefois, les luttes à venir, contre la reconnaissance faciale etc., ne nous autorisent pas à enterrer la CNIL si vite.

laquadrature.net/2019/10/17/le

Pour aider à documenter et préparer ensemble d'autres actions capables de résister aux projets de la , rendez-vous sur Technopolice.fr

Nous avons également refusé de participer au débat organisé par le lycée des Eucalyptus à Nice : on pouvait venir, mais à condition de déposer nos convictions à l'entrée... Drôle de conception du débat public.

Show more
La Quadrature du Net - Mastodon - Media Fédéré

The social network of the future: No ads, no corporate surveillance, ethical design, and decentralization! Own your data with Mastodon!