Dans 4 jours La Quadrature attaque le ministère de l'Intérieur devant la CNIL ! La plainte que nous allons déposer samedi lors du festival Technopolice attaquera les quatre piliers de la Technopolice :

1er pilier : le fichage généralisé. On attaque les 2 méga-fichiers de police que sont le TAJ (traitement des antécédents judiciaires, + 19 millions de personnes fichées) et le TES (fichier des titres électroniques sécurisés, toute personne ayant 1 carte d'identité figure dedans).
laquadrature.net/2022/09/07/cl

On parle donc de fichiers concernant des millions de personnes, alors même que dans le cas du TAJ les données ne sont quasiment jamais mises à jour et qu'une personne relaxée dans une affaire judiciaire peut malgré tout rester fichée pendant 20 ans.

Pour le TES, la puce incluse dans chaque titre d'identité contient désormais les informations biométriques de la personne, rendant inutile la centralisation de ces données dans un méga-fichier. Le TAJ s'avère donc bien trop "gros" et le TES quant à lui est tout simplement inutile.

2e pilier, les caméras de vidéosurveillance : estimées à environ 1 million sur notre territoire, ces dispositifs n'ont pourtant pas démontré leur efficacité pour élucider des affaires de police, comme le montre un rapport de la Cour des comptes de 2020.
laquadrature.net/2022/06/13/a-

Or, en droit, il est interdit d’utiliser des caméras de surveillance sans démontrer leur utilité... Nous réfutons donc la légalité de ces dispositifs que le ministère de l'Intérieur pousse à déployer dans nos villes et nos campagnes, notamment à travers le FIPD.

Ce fonds interministériel de prévention de la délinquance donne des enveloppes aux collectivités territoriales. Il prévoit, juste pour l'année 2022, 80 millions d'€ de financement, principalement tournés vers la vidéosurveillance.
lagazettedescommunes.com/79030

3e pilier, la reconnaissance faciale : utilisée depuis 2012 sans encadrement légal, la reconnaissance faciale est actuellement utilisée plus de 1600 fois par jour par la police, mais aussi par les services des renseignements.
laquadrature.net/2022/05/03/le

Aujourd'hui ces technologies s’imposent à l’ensemble de la population sans l’avis de celle-ci, avec pour effet de faire disparaître l’anonymat de l’espace public. Nous entendons lancer le débat et répéter que ces pratiques sont illégales et doivent le rester.

4e pilier, la vidéosurveillance algorithmique (VSA) : sans débat public, de plus en plus de villes équipent leurs caméras de logiciels détectant et signalant automatiquement à la police les personnes que celle-ci juge indésirables ou suspectes.
laquadrature.net/2022/04/07/en

Nous assistons là à un changement d’échelle de la surveillance de masse : l’ensemble de nos déplacements sont en permanence passés sous l’œil de ces logiciels pour être analysés, classifiés, et réprimés.

Ce traitement automatisé de nos corps est selon nous illégal, c’est pourquoi nous l’avons déjà attaqué dans plusieurs villes. Aujourd’hui, nous voulons y mettre fin en l’attaquant à la source via notre plainte contre les caméras qui en sont le support matériel.

Les mairies accompagnent ces changements mais c’est le ministère de l’intérieur qui permet à la Technopolice de faire système. Les caméras, le fichage et les logiciels sont autorisés, financés et mis en œuvre par le gouvernement, dans une politique libérale et autoritaire.

Follow

C'est pourquoi nous attaquons cette fois le système en son entier, et nous avons aujourd'hui plus de 13 380 mandataires qui nous soutiennent dans cette démarche !

Si vous souhaitez les rejoindre il vous reste 4 jours pour signer et faire tourner la plainte !
technopolice.fr/plainte/

Sign in to participate in the conversation
La Quadrature du Net - Mastodon - Media Fédéré

Mamot.fr est un serveur Mastodon francophone, géré par La Quadrature du Net.