Cette semaine, on parle Technopolice et reconnaissance faciale

On commence avec le fichier de « traitement des antécédents judiciaires » (TAJ) - un fichier de 8 millions de photos avec lesquelles la police peut déjà faire de la reconnaissance faciale sur la voie publique

Follow

Depuis 2012, le gvt s'est donné le droit (par décret et non par loi) d'utiliser la reconnaissance faciale pour identifier les personnes fichées dans le TAJ - fichier qui concerne toute personne mise en cause lors d'une enquête (qu'elle soit condamnée ou innocentée après)

· · Web · 1 · 7 · 4

En 2019, la police a utilisé la reconnaissance faciale sur ce fichier plus de 375.000 fois, soit plus de 1000 fois par jour - et peut utiliser aussi bien les images des caméras de vidéosurveillance que celles des réseaux sociaux

assemblee-nationale.fr/dyn/15/

Tout cela est autorisé par une simple ligne dans le code de procédure pénale, sans aucune justification ou cadre spécifique, en violation du droit à la protection des données personnelles - raison pour laquelle on l'a attaqué devant le Conseil d'Etat

laquadrature.net/2020/08/07/no

Pas besoin de citer 1984 pour avoir peur : la police française utilise donc déjà plus de 1000 fois par jour un outil de reconnaissance faciale à partir d'un fichier de plusieurs millions de photographies afin d'identifier des personnes sur la voie publique ou les réseaux sociaux

Pour lutter contre la surveillance de masse, le réseau EDRi a lancé l'initiative Reclaim Your Face, avec possibilité de signature pour soutenir le mouvement

reclaimyourface.eu/

Sign in to participate in the conversation
La Quadrature du Net - Mastodon - Media Fédéré

Mamot.fr est une serveur Mastodon francophone, géré par La Quadrature du Net.