Ça fait un moment (plusieurs mois en fait) que j'y travaille : J'ai écris un article sur la solitude.

evadserves.ovh/index.php/2019/

Je préviens, c'est moyennement joyeux (qui l'eut cru ?)

NB : suivant la volonté de Leslie Feinberg le livre est hors marché donc il est disponible gratuitement en ligne (genre là en français hysteriquesetassociees.org/lir) ou dans quelques librairies partenaires. En vrai c'est à la fois cool est frustrant car je voudrais voir ce livre partout mais ce sera pas le cas, il demeurera accessible uniquement à celleux qui savent déjà qu'il existe.

avec Stone Butch Blues qui compte parmi mes meilleures lectures de... tout.
Je pense pas écrire un article car c'est juste la vie, y a pas de méta analyse à faire (d'autant que Leslie Feinberg demande qu'on laisse son texte s'introduire tout seul) Juste c'est attroce, et il y a tjs un max d'amour et de douceur aussi. Ça détruit et ça rechauffe le coeur en même temps. Pour moi c'était parfait.
Vraiment je conseille !!!

Voilà j'ai fini ma série o/

(et je les ai regroupées là : evadserves.ovh/index.php/2019/ si ça vous intéresse. C'est la même chose que mes pouets mais j'ai éventuellement corrigé deux ou trois coquilles au passage u.u)

31-...

Accroche ta veste sur le porte manteau. Avance de trois pas. Doucement. Ne vas pas plus loin.
Même si tu veux voir. Même si le besoin de savoir te vrille les sens.
C'est l'attente qui t'électrise le plus.
Reste attachée en arrière.
Pense qu'il fera trop froid dehors, maintenant que tu n'as plus rien sur le dos.
Colle ton front contre la vitre. Regarde par delà. N'y va pas.
Écris trois phrases dont tu ne laisses que les points : ...
Suspens le temps.
Suspens tout.
Suspens ~

30-Abandonne

Abandonne. N'aies pas l'impression d'échouer en lâchant prise. Tu ne perds ni ne gagne rien en cessant d'essayer. Tu te ménage une place vacante pour autre chose, et tu pourrais aimer ce qui viendra la remplir. Laisse donc ce lourd paquet derrière toi, tu n'as plus la force de le trainer, tu n'avances plus. Repose tout, vole. Et qui sais, tu le retrouveras peut-être, ton trésor, en d'autres temps et en d'autres lieux, quand tu auras l'énergie pour en tirer de la joie.

29-Parfois je rêve

Je mâche une gomme nettoyante aromatisée à la menthe. Quand mes dents pressent la patte mole, les saletés viennent s'y coller. Les restes de nourriture... et le reste : les mots restés coincés sur le bout de ma langue, les idées trop sales pour être exprimées.
Le soir, je crache une boule saturée de déchets. Moi, j'ai la tête claire pour aller me coucher.
Mais malgré l'application que je mets à mastiquer, il m'arrive de garder quelques pensées : parfois, je rêve.

28-Encore et encore

Tu l'as déjà fait. Tu le referas. Combien de fois ? Nul ne peut le prédire. Mais tu persistes et tu signes. Ta tâche sans cesse répétée, toute vaine qu'elle soit, est ce qui donne sens à ton existence. Tu te raccroches bien à ce que tu peux. Alors tu poursuis la mission que tu t'es toi-même donnée, encore et encore. Et quand tu achèves, avant de recommencer, tu ajoutes ton œuvre à la liste des choses inutiles que tu as faites dans ta vie. Et tu en es fièr.

27-Chaque cœur chante

C'est une chanson qui n'a ni parole ni air, rien qu'un rythme fluctuant, tambour battant une mesure subjective.
Le jour, bien sûr, le monde influe son tam-tam.
Mais la nuit, quand tout est inversé, c'est lui qui décide, et les rêves prennent la mesure de son battement.
S'il vous est jamais arrivé de fermer les yeux, vous savez que chaque cœur chante.

26-L'un des nôtres

Il se promène sur les quais, une parka verte sur le dos. Ses pas trainent dans la lumière artificielle des réverbères. Rien ne le distingue des autres passants. Mais nous le voyons. Nous le reconnaissons. Quelque chose dans sa démarche, peut-être, ou dans la manière dont ses yeux papillonnent tandis qu'il avance. Nous ne saurions vraiment l'expliquer, mais nous savons. Il est : l'un des nôtres.
Un jour, il s'en rendra compte à son tour.

25-Murmure

Tu écoutes le murmure de la mer dans un coquillage... ou plutôt : le bruissement de ton propre sang dans tes oreilles. Le son est tien, mais tu as besoin pour l'entendre d'une cavité où il fasse échos, comme tu as besoin d'être entendue pour oser t'exprimer.
Tu n'existes que dans ton rapport au monde.
C'est pour cela que tu portes le cône nacré à ton oreille : pour, en croyant entendre le monde, t'entendre toi. Pour réaliser que c'est peut-être la même chose.

24-Frisson

Ce n'est pas le froid qui te fait frissonner. C'est la certitude de savoir où tu es, juste là, à cet instant. Tu sais ce que cela représente pour toi, pour les autres. Le moment t'attrape comme pourrait le faire l'écoute d'une musique que aimes.. ou bien l'apparition soudaine d'une vision d'horreur. Tu ne sais pas encore dire si tes poils dressés sur tes bras sont de bon ou de mauvais augure. Mais le courant qui tend tout ton être te fait sentir vivant, et tu souris.

23- Surprends-moi

Surprends-moi en train de vivre. Vas-y, regarde-moi tandis que je bouge, tandis que mes bras s'agitent, que mon corps danse, que mon cœur bat au rythme d'une activité que tu ne restreins pas. Vois comme je suis quand tu n'es pas là. Vois comme j'existe et comme je tournoie. Vois comme je suis libre quand je n'ai pas conscience de tes yeux scrutateurs posés sur moi. Vois comme je suis et ose dire que tu me préfères sage.

22-Avant l'éternité

Avant l'éternité il y a une rivière. Elle serpente, chemin d'eau, sur les flancs d'une montagne, elle dévale quelques pentes raides, elle mousse dans les pierres et lésine parfois, elle creuse son sillage sans se rappeler d'où elle vient. Elle n'a pas d'origine unique, pas de nom pour son cours tout entier. Elle est mouvante, elle fut divisée et se redivisera. Elle n'a qu'une constante : la certitude de déboucher dans le vaste bleu.

21-(Se) froisser

Avoir la peau rêche comme une feuille de papier, qui marque tous les plis, tous les accrocs, qui se froisse au moindre contact, qui se salit et ne se nettoie jamais. Être la vitrine de tout ce qui a pu t'arriver. Le regretter parfois. Le revendiquer d'autres fois. Apprendre à assumer ce que tu n'as pas choisi de devenir. Décider de la suite. Inscrire tes propres souvenirs au milieu de tous les autres. Te ressembler enfin.

20-Gentillesse inattendue

A vrai dire, je ne m'y attends jamais. J'ai une marque sur le front, cicatrice d'une bataille que je n'ai pas menée. Il y a un monstre en moi. Du moins, je porte le stigmate d'une rencontre avec une créature de furie. Elle a essayé d'entrer dans ma tête. Et elle aurait pu réussir.
Alors juste par précaution, s'il demeure la possibilité de choisir entre me tendre la main et la tendre à quelqu'un d'autre, pourquoi prendre le moindre risque ?
Et pourtant...

19-A l'intérieur de moi

A l'intérieur de moi il y a un lac.
Pour vous, sa vaste étendue miroitante ne fait que refléter ce que vous y projetez depuis l'extérieur.
Moi, j'ai renoncé depuis longtemps à apprendre de la surface, elle dépend trop de vous. Je dois plonger pour me trouver. Loin dans les eaux noires où les courants m'emportent et où je me perds parfois, je continu de nager. La vérité, je le sais, se cache dans les profondeurs.

18-Constellation

Sa peau est constellée de points de beauté, comme autant de cicatrices de ses vies antérieures. Tout ce qui a pu marquer ses diverses incarnations se trouve là. Sa peau piquetée forme une carte indéchiffrable de ses souvenirs perdus. Parfois, face à son miroir, son attention est attirée par le point noir, le plus gros, au niveau du sternum : témoignage physique d'un amour passé ou bien stigmate d'une fin tragique, épée plantée en plein cœur, jadis ?


Hier je suis allé à la librairie et le T2 de la terre fracturée (N K Jemisin) est sorti en poche o/ c'est vraiment cool je pensais qu'il faudrait attendre 1an mais pas du tout🎉
Je l'ai donc acheté ainsi que Résolution (Li-Cam) et wouh je suis tellement contente que ce livre existe! Je suis pas nécessairement d'accord avec tout mais j'ai des affinité avec le perso qui font que ça fait un bien fou à lire.
Bref c'était une bonne journée😊
(Sinon aujourd'hui je lis Estelle Faye)

omg je sais plus si je dois rire ou si je dois pleurer... 😬
youtu.be/iFnNqEo0F_U
(Achevez moi je crois, ça vaut mieux TT.TT)

Show more
La Quadrature du Net - Mastodon - Media Fédéré

The social network of the future: No ads, no corporate surveillance, ethical design, and decentralization! Own your data with Mastodon!