Mardi dernier, le Conseil d'État a rejeté nos arguments contre les opérations illégales de reconnaissance faciale réalisées par la police depuis 10 ans à partir du fichier TAJ.

Trouvons dans cette défaite les futures pistes de notre lutte.

Le décret du fichier TAJ (traitement des antécédents judiciaires) autorise la police à utiliser la reconnaissance faciale (RF) pour comparer les 9 millions de visages qu'il contient aux images captées par vidéosurveillance, smartphone ou sur internet.

En 2020, la police réalisait 1 200 opérations de RF par jour. Ce caractère massif suffit à démontrer que la police ne se limite en rien à la condition de « nécessité absolue » exigée par la loi, mais fait de la RF une mesure de surveillance de masse.

Le Conseil d'État ne nie pas ce problème mais nous invite à contester au cas par cas chacun de ces abus devant la CNIL ou les juges... Ce qui sera évidemment impossible en pratique, vous le pensez bien.

Follow

Merci @LaQuadrature !

À ce stade, ce qu'il faudrait c'est un traitement en masse des contestations au cas par cas (au lieu d'un unique contestation du problème général).
J'ai juste ?

Sign in to participate in the conversation
La Quadrature du Net - Mastodon - Media Fédéré

Mamot.fr est un serveur Mastodon francophone, géré par La Quadrature du Net.